Jardin sans pétrole - La morelle noire a faim d’azote

Durée de lecture : 2 minutes

17 octobre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

L’automne est installé, c’en est bientôt fini des légumes d’été. Il est temps de déménager les jeunes fraisiers. Les radis sont en forme. Une découverte : le paillage a fait se multiplier les morelles noires.

Quelle belle journée d’automne ! Les rayons du soleil rasent la frondaison des arbres et filtrent à peine à travers les feuillages, laissant le potager dans l’ombre. Nous regardons les branches qu’il nous faudra rabattre dans quelques semaines quand l’aubépine, le chêne, le frêne et le saule des oliviers seront au repos.

Octobre annonce la fin des légumes d’été. Les haricots sont de moins en moins nombreux sur les rames. Nous en ramassons encore une belle poignée. Je suis partagée sur ce qu’il convient de faire. Sur les rames, des feuilles jaunes noircissent sous l’action des champignons mais elles portent aussi des fleurs qui promettent de nouvelles gousses. Finalement, je décide de nettoyer consciencieusement les rames en ôtant tout ce qui n’est pas franchement vert. Nous verrons la semaine prochaine. Avec les pluies et la douce fraîcheur, les radis semés en septembre ont donné de jolies racines et un feuillage abondant pour les premières soupes.

Il est grand temps de s’atteler à l’entretien des fraisiers. Ceux qui sont sous le chêne, moribonds début septembre sont repartis pour nombre d’entre eux. Leurs « enfants » mélangés aux poireaux ont à leur tour donné une nombreuses descendance que je déménage sous le chêne, où ces jeunes pousses pourront prendre racines. Les pelletées de compost grumeleux et souple rebondissent dans le sceau que j’emporte pour installer les jeunes pieds de fraisiers de l’année.

Fraisiers et poireaux.

J’observe que cette année la renoncule rampante et le chénopode Bon-Henri ont été moins présents que l’année dernière. En revanche, la morelle noire se fait plus pressante. Il y en a plusieurs pieds par m2 ! On pourrait les confondre avec des jeunes pieds de pommes de terre, qui appartiennent à la même famille botanique : même feuillage vert sombre, même fleurs blanches avec le pistil jaune. Mais sur certains pieds de morelle noire, les fleurs ont laissé place à de petites baies vertes qui deviendront noires en mûrissant, d’où sont nom ! Ses baies, réputées toxiques pour l’homme, sont appréciées de certaines espèces d’oiseaux comme le pigeon, la corneille noire, le merle noir ou le rouge-gorge familier.

Sa présence en cette saison automnale m’étonne mais pour les connaisseurs, elle indique un phénomène connu sous le nom de « faim d’azote ». Explication : au printemps, des bactéries spécialisées dans la décomposition de la matière organique ont pompé dans l’azote du sol pour venir à bout des débris carbonés provenant de la dégradation des copeaux de peupliers que nous avions utilisés pour pailler le sol. Une fois leur travail terminé, les bactéries ont restitué l’azote, qui s’est trouvé disponible, favorisant la germination de la morelle noire qui en est très consommatrice.

Pas si simple, le paillage…


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : DOSSIER : Jardin sans pétrole

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos : © Christine Laurent/Reporterre

DOSSIER    Jardin sans pétrole

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)