L’agriculture urbaine se visite à Aubervilliers, en Seine Saint Denis

Durée de lecture : 1 minute

19 juillet 2013 / Seine-Saint-Denis Tourisme

Idée de tourisme cet été : aller voir à Aubervilliers comment se développe l’agriculture urbaine.


Certains parleraient de vision futuriste ou idéaliste mais, à Aubervilliers, l’agriculture urbaine existe et se développe depuis déjà plus d’une décennie.

Venez découvrir en notre compagnie les dessous ombragés d’Aubervilliers ou les salades et les tomates se côtoient sous les regards bienfaisants des cerisiers rougissants. En cette fin de mois de juillet, quelle meilleure excuse que de venir se rafraichir et profiter de la nature en ville en Seine-Saint-Denis ?

Vous visiterez deux jardins qui pratiquent l’agriculture urbaine : le Jardin des Roses et les Petits Prés Verts.

Vous serez aussi invité-e à participer à un débat improvisé sur les problématiques et les solutions de gestions d’un jardin partagé où se pratique l’agriculture urbaine, autour de discussions informelles et interactives sur les bienfaits et les enjeux de l’agriculture urbaine (lien social, bien-être, valorisation des savoir-faire, développement durable, sensibilisation/pédagogie/accès à une alimentation saine et équilibrée..).

Les enfants et personnes à mobilité réduite sont les bienvenus pour cette balade de moins de deux kilomètres.

Toutes les informations sur le lieu de rendez-vous vous seront communiquées après votre inscription à la visite.

Cette balade est proposée par MUSE D.Territoires, cabinet de conseil en développement local ancré sur le territoire du 93 depuis plus de 3 ans, en partenariat avec l’association Accueil Banlieues, et est programmée dans le cadre du jeu De Visu, organisé par le Département de la Seine-Saint-Denis. Pour tout savoir sur le jeu.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Seine-Saint-Denis Tourisme

Photo : La Semeuse

Lire aussi : L’aquaponie, une nouvelle méthode pour développer l’agriculture urbaine

DOSSIER    Agriculture urbaine

20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains


Dans les mêmes dossiers       Agriculture urbaine