L’exportation de déchets nucléaires par la France bloqué à Cherbourg

Durée de lecture : 3 minutes

25 janvier 2010 / Greenpeace

EDF et Areva expédient des déchets nucléaires en Russie, ce qui est illégal, juge Greenpeace. L’association bloque une telle cargaison ce 25 janvier.


Cherbourg, le 25 janvier 2010, à 8h30 – Quatre activistes enchainés sur la voie à Cherbourg hier à 21h, deux activistes qui stoppent le train en pleine voie à hauteur de Valogne à 5h30. C’est maintenant un camion de Greenpeace qui vient d’être placé sur la voie ferrée dans Cherbourg même pour bloquer une nouvelle fois le convoi de déchets nucléaires en route pour le port. Le Kapitan Kuroptev, navire chargé d’apporter les déchets en Russie, n’aura pas sa cargaison à l’heure…

A 8h30, le convoi de déchets nucléaires attendu au port est donc quand même arrivé dans le centre de Cherbourg mais s’est retrouvé nez à nez avec ce camion sur lequel il est écrit « La Russie n’est pas une poubelle » et donc totalement bloqué. Cinq activistes de Greenpeace se sont enchaînés au camion pour empêcher tout mouvement.

« Nous avions annoncé que nous ferions tout pour imposer un moratoire sur l’exportation de déchets nucléaires vers la Russie, déclare Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de Greenpeace. Il faut que les pouvoirs publics réagissent et interdisent ces exportations. Nous serons intraitables là-dessus ! »

Une lutte qui prend de l’ampleur

Ces derniers mois Greenpeace le combat de Greenpeace pour obtenir un moratoire et in fine une interdiction sur ces exportations des déchets nucléaires vers la Russie s’intensifie. Les actions vont crescendo et ne sont pas prêtes de s’arrêter.

« En décembre dernier je m’étais moi-même enchainé seul à la voie, dit Yannick Rousselet. Aujourd’hui nous avons bloqué le train à trois endroits différents et de trois manières différentes. Tant que ces exportations illégales continueront, nous serons sur le qui-vive et nous mettrons toute notre créativité à profit pour empêcher le bon déroulement de ces convois. »

Une mobilisation de plus en plus importante

Areva et EDF continuent de clamer le contraire mais ces exportations sont bien illégales.
« Nous avons prouvé, chiffres à l’appui*, que ces exportations sont illégales par rapport à la jurisprudence de 2005. »

L’argument des industriels serait valable si 100 % des fûts exportés revenaient en France, sous une forme différente et exploitable. Cela n’est pas le cas, la plupart de ces matières sont abandonnées en Russie.

Cela place Areva et EDF dans l’illégalité par rapport à deux points juridiques :

- La jurisprudence de 2005, qui affirme qu’est considéré comme déchet nucléaire tout produit issu d’un processus industriel non destiné à être réutilisé.
- La directive cadre de l’Union européenne, qui interdit l’importation et l’exportation de déchets dangereux qui ne sont pas destinés à être valorisés.

Greenpeace mobilise le grand public pour obtenir un moratoire de la part de Jean-Louis Boorlo en proposant de lui écrire une lettre : http://write-a-letter.greenpeace.org/764

Le Ministre a ainsi déjà reçu plus de 5600 lettres.

............................................

Note :

* http://www.greenpeace.org/raw/conte...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://public.adequatesystems.com/p...

Lire aussi : EDF doit rapatrier ses déchets de Russie http://www.reporterre.net/spip.php?...

20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 septembre 2019
À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat
Reportage




Du même auteur       Greenpeace