La Chine révise prudemment sa politique nucléaire

Durée de lecture : 4 minutes

1er avril 2011 / Radio Chine Internationale

Face à la crise nucléaire japonaise inattendue, la Chine a ralenti le rythme du développement de son énergie nucléaire. D’une part, elle a suspendu temporairement la ratification de projets concernés, d’autre part, elle procède à un contrôle total des centrales nucléaires en construction.


La crise nucléaire provoquée par l’accident nucléaire de Fukushima est loin d’être résolue. Face à la crise nucléaire japonaise inattendue, la Chine a ralenti le rythme du développement de son énergie nucléaire. D’une part, elle a suspendu temporairement la ratification de projets concernés, d’autre part, elle procède à un contrôle total des centrales nucléaires en construction. M. Feng Yi, vice-secrétaire général de l’association du secteur d’énergie nucléaire et expert du comité de coordination de prévention d’urgence nucléaire nationale a fait savoir que le principe en matière du développement de l’énergie nucléaire chinoise à long et moyen terme restait immuable, et que le ralentissement temporaire avait pour but de consolider la base de sécurité.

Ces dernières années, l’énergie nucléaire chinoise a connu un essor rapide.

A présent, 13 groupes générateurs des six centrales nucléaires que compte la Chine fonctionnent avec une capacité de 10,80 millions de kw. Et la capacité des centrales nucléaires en construction atteindra 30 millions de kw, représentant 40% des groupes générateurs en construction dans le monde. Des spécialistes estiment qu’au vu de la double pression provoquée par une grande consommation d’énergie et un besoin de réduction des émissions carbone, l’énergie nucléaire est incontournable pour la Chine. M. Feng Yi a indiqué :

« Le principe d’un développement de l’énergie nucléaire à long et moyen terme reste inchangé, il est déterminé par la stratégie énergétique de notre pays, l’analyse de l’offre et la demande, ainsi que par la réalité du développement du secteur de l’énergie nucléaire. Du fait qu’une crise nucléaire d’une telle importance est survenue dans le monde, nous devons accentuer nos efforts en terme de sécurité en vue de jeter une bonne base au développement futur. »

Selon M. Feng Yi, la Chine a commencé le développement de son énergie nucléaire il y a un peu plus de vingt ans, et n’a jamais relâché sa vigilance en matière de sécurité. Il a continué :

« Conformément aux normes de production définies par l’association mondiale du fonctionnement de générateurs nucléaires, nous avons atteint globalement le niveau moyen et un peu supérieur, et un niveau d’avant-garde concernant 8 normes. La pratique de ces vingt dernières années a prouvé que notre système de sécurité est sûr, à en juger d’après les rejets radioactifs, dont le traitement et l’évacuation sont de mieux en mieux maîtrisés. La qualité, le rythme, le risque et la gestion sécuritaire sont à un niveau contrôlable et en phase avec l’offre et la demande."

Malgré cela, suivant l’accident nucléaire de Fukushima, la Chine a réagi pour évaluer à nouveau la situation de la sécurité nucléaire du pays. Le 14 mars, le groupe d’énergie nucléaire du Guangdong a tenu une réunion d’urgence pour évaluer la sécurité des centrales nucléaires en fonctionnement et en construction dans la province. Le 16 mars, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a présidé une réunion au cours de laquelle il a souligné qu’il fallait accorder une importance particulière à la sécurité dans le développement de l’énergie nucléaire et a décidé de suspendre la ratification de nouveaux projets en la matière. M. Feng a continué :

« Le secteur de l’énergie évolue en fonction des expériences. Ces vingt dernières années, le milieu de l’énergie nucléaire globale a toujours élaboré des plans d’action d’amélioration appropriés suite aux accidents. La Chine tout comme le nucléaire mondial devra s’attaquer d’arrache pied à établir les causes de l’accident nucléaire de Fukushima. Il s’agit d’une option rationnelle de ralentir le développement du secteur tout en intégrant la leçon d’autrui dans la gestion et le fonctionnement des centrales nucléaires en fonctionnement et en construction afin d’assurer la sécurité des centrales. »

M. Feng Yi a souligné que la sécurité constituait la ligne vitale pour le secteur de l’énergie nucléaire. La Chine a besoin de consolider davantage les fondements de la gestion sécuritaire en vue de promouvoir un développement hautement efficace et sécuritaire de l’énergie nucléaire.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://french.cri.cn/781/2011/04/01...

Ecouter aussi : La politique environnementale de la Chine est-elle compatible avec sa volonté de croissance forte ?

DOSSIER    Chine

15 octobre 2019
L’étrange victoire d’Extinction Rebellion
Édito
16 octobre 2019
L’accès à l’eau, enjeu de la guerre turque en Syrie
Tribune
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info


Dans les mêmes dossiers       Chine