La bourrache prend ses aises

Durée de lecture : 2 minutes

16 novembre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Dans la moiteur automnale et sous les couleurs des fleurs, le jardin garde belle allure. Semis spontanés ou mise à l’écart des graines en cuisine, il est temps de songer aux futures récoltes.

Une pomme, le compost, un vêtement pour la pluie et me voilà dans la rue dimanche matin dans la moiteur automnale. [C’était le 8 novembre]. Les Parisiens sont en tongs et les trottoirs jonchés de feuilles de platanes dans lesquelles il est amusant de rouler. Dans le jardin, les feuilles sont presque toutes tombées, des cerisiers, du petit pêcher, des aubépines, du pommier et des frênes. Seuls les chênes et le saule des oliviers tiennent tête à ce mois de novembre dont la douceur ravis les cavaliers du dimanche qui passent devant notre lopin.

Il a encore belle allure, réveillé par le jaune d’or des tagètes, l’orangé des soucis et des capucines, le bleu des fleurs de bourraches. Le mesclun - mélange de cresson alénois, de scarole, de roquette, de cressonnette marocaine, semé fin août a bien poussé et permet de cueillir une jolie salade.

Des minéraux remontés des profondeurs

Ça et là, des plantes sont laissées à monter en graines avec l’espoir de les voir germer au printemps prochain ou le suivant, selon que leur cycle végétatif se déroule sur une année, comme l’arroche et la roquette, ou sur deux ans, comme la mâche, la coriandre, les carottes et les choux. L’inconvénient des semis spontanés est qu’ils poussent le plus souvent au milieu des allées ! Ou qu’ils favorisent certaines plantes, comme la bourrache qui a trouvé dans notre jardin une terre d’élection et notre indulgence. Leurs fleurs ont un goût d’huître, qui ne plait pas seulement aux abeilles, et leurs feuilles vertes et râpeuses étalées sur les buttes freinent le déplacement des limaces. En se dégradant, elles apportent au sol des minéraux remontés des profondeurs du sol.

Pour d’autres plantes potagères, comme les potimarrons et les tomates noires de Crimée, la récupération des graines se passe en cuisine. On les met de côté en préparant le dîner, puis on les lave plusieurs fois, afin de supprimer la chair visqueuse qui s’accroche aux graines, avant de les mettre à sécher sur un torchon, à l’air libre. Ensuite, nous rangerons les plus belles dans des sachets de papier en indiquant la date de récolte, la variété et l’origine de la graine. Histoire de prendre de bonnes habitudes... et au fil des années peut-être, obtenir des graines adaptées aux conditions pédoclimatiques de notre jardin.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : DOSSIER : Jardin sans pétrole

Source et photos : Christine Laurent pour Reporterre
.Chapô : mesclun.

DOSSIER    Jardin sans pétrole

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)