La ferme du futur est écolo et prospère, la preuve en diaporama

Durée de lecture : 1 minute

4 mars 2016 / Marie Astier et Lucas Mascarello (Reporterre)

Quand Gilles Simonneaux a repris la ferme familiale des Petits-Chapelais, en Bretagne, il a tout de suite pensé diversification et bio, à contre-courant de ses voisins, qui intensifiaient et se spécialisaient. Reporterre vous fait visiter, avec un diaporama sonore, cette ferme du futur qui fait bien plus que fonctionner.

- Chavagne (Ille-et-Vilaine), reportage

C’est en 1998 que Gilles Simonneaux a repris la ferme familiale, consacrée exclusivement à l’élevage laitier. Convertie en bio, l’exploitation d’une centaine d’hectare emploie dix personnes, produit ses propres céréales, a développé une culture maraîchère, fait son pain, transforme le lait, élève des cochons pour valoriser les déchets… Et ça marche !

On vous avait raconté cette réussite par écrit, et on a tellement aimé l’histoire qu’on vous la présente maintenant dans un diaporama :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La ferme de demain, écolo et prospère, existe déjà, nous l’avons visitée

Source : Marie Astier (son) et Lucas Mascarello (photos) pour Reporterre

THEMATIQUE    Agriculture
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »


Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Marie Astier et Lucas Mascarello (Reporterre)