Le changement climatique oublié par les politiques

4 mai 2017 / Jean Foyer et Amy Dahan



En décembre 2015, la COP21 avait imposé la question climatique sur les agendas politiques. Aujourd’hui, expliquent les auteurs de cette tribune, la « climatisation » a reculé : le déni est aux commandes aux Etats-Unis et en Russie, et la campagne présidentielle française a, sauf à gauche, oublié le climat.

Jean Foyer est sociologue et politologue à l’Institut des sciences de la communication (ISCC-CNRS). Il a codirigé la rédaction de l’ouvrage Globalising the Climate. COP21 and the climatisation of global debates. Amy Dahan est mathématicienne et historienne des sciences, directrice de recherche émérite au CNRS.


Il y a un an et demi, la COP21 se présentait comme une réunion historique du processus de négociation onusien sur le changement climatique, la réunion de la « dernière chance » pour sauver la planète. Malgré les critiques de la société civile et de quelques analystes, le pari a semblé gagné, avec la signature d’un accord de 192 pays qui allait même jusqu’à relever — sur le papier — le niveau d’ambition de la lutte contre le changement climatique. Puis, dans l’élan impulsé par la COP, l’accord était ratifié à une vitesse inédite, y compris par le couple États-Unis — Chine, qui en avait été moteur. Dans une gouvernance quasi magique et « incantatoire » [1], la rhétorique officielle fonctionnait à plein régime, répétant que « les planètes étaient alignées » et que l’accord allait agir comme une « prophétie autoréalisatrice ».

Nous avons analysé cet événement comme la culmination d’un vaste mouvement de « climatisation du monde » [2] au sens où la problématique climatique s’est imposée toujours davantage comme un des principaux problèmes globaux discutés aussi bien dans les arènes onusiennes qu’au sein du mouvement altermondialiste ; problème capable d’englober d’abord les questions énergétiques évidemment, mais aussi celles du développement, de la sécurité ou encore de l’alimentation. Depuis le « business », soucieux de retourner les accusations contre le modèle de production en une « opportunité pour le marché », jusqu’à l’agriculture devenant tout à coup « climate smart », en passant par l’encyclique du pape François, aucun secteur social n’a paru pouvoir résister à l’attraction exercée par les enjeux climatiques, un problème qu’aucune force ou acteur public ne pouvait plus ignorer. La climatisation revêtait des formes très diverses, plus ou moins stratégiques, du simple greenwashing à quelques initiatives d’envergure menées au nom du climat dans certains pays, et en particulier le secteur énergétique. On peut voir cette « climatisation » comme une déclinaison singulière et sans doute dominante, d’un mouvement plus général d’environnementalisation de nos sociétés, c’est-à-dire de prise de conscience des problèmes écologiques, avec toutes ses ambigüités.

L’élection de Trump, l’une des plus cruelles leçons de réalisme pour la gouvernance climatique 

En fait, si la climatisation du monde est un mouvement de fond qui continue de travailler nos sociétés, elle reste essentiellement un mouvement symbolique, qui ne s’actualise que fort peu dans des actions concrètes à la hauteur du problème. L’idée de climatisation s’est avérée tout à fait compatible avec une autre caractérisation du régime climatique : celle d’un « schisme de réalité » [3]. Cette notion renvoie au hiatus profond entre la vision globale et managériale du problème dans les arènes onusiennes d’une part, et le monde réel tel qu’il fonctionne, marqué par la violence des rapports de force géopolitiques, la concurrence économique effrénée, la domination des modes gaspilleurs de production et de consommation capitalistes et l’inertie destructrice de la crise écologique, d’autre part.

Le slogan de campagne de Donald Trump dans l’État de Californie, en novembre 2016.

L’élection de Donald Trump un an après la COP21, au moment où les États parties à l’Accord de Paris commençaient à peine à plancher sur sa difficile mise en œuvre, constitue une des plus cruelles leçons de réalisme pour la gouvernance climatique. Non seulement les étoiles ne sont plus alignées, mais la prophétie aura bien du mal à se réaliser puisque, dans une gouvernance globale qui veut se faire désormais non par des normes contraignantes, mais à travers des « signaux », ceux-ci semblent tous au rouge. Au moment où les données météorologiques de 2017 sont de plus en plus alarmantes, les responsables de la première puissance mondiale affichent leur déni du changement climatique, s’emploient à détricoter systématiquement les quelques avancées réalisées par le gouvernement Obama et veulent mettre en œuvre des politiques énergétiques catastrophiques pour le climat, avec le redéploiement des énergies fossiles. Il faut dire qu’avec Rex Tillerson, ancien PDG de Exxon Mobil, à la tête de la diplomatie américaine, les thématiques climatiques et environnementales ont à peu près autant de place que dans la série télévisuelle Dallas. Et Trump est suivi par Poutine, qui proclame sa volonté d’exploiter l’Arctique et les voies maritimes du pôle Nord.

Nous ne nous contentons pas de stagner, nous reculons 

Plus fondamentalement, ce déni impudent de Trump et de certaines élites paraît signer la fin de l’idéal d’un monde commun, que le rêve libéral d’après-guerre et le multilatéralisme ambitionnaient encore de partager. Trump ne veut plus rien partager du tout, il ne cherche même plus à construire un ordre mondial commun : « America first ! » Le trumpisme sonne un double hallali. Comme l’écrit Bruno Latour, « nous sommes tous pris au milieu de ce qui ressemble de plus en plus à un début de panique en cas d’incendie dans un théâtre : il y a ceux qui continuent de fuir vers les protections assurées par une explosion inouïe des inégalités — ce qu’on résume par le terme commode du 1 % des 1 % — et ceux qui fuient à rebours vers la protection, elle tout à fait imaginaire, donnée par les frontières nationales ou ethniques. Au milieu, il y a tous ceux qu’on risque de piétiner… » [4].

Ces signaux ont été captés chez nous par une partie de la droite française, Sarkozy et Fillon en tête, dont le climatoscepticisme s’est trouvé désinhibé. Si une partie de la gauche semble avoir légèrement écologisé son discours, la place de la question climatique dans le débat de la présidentielle relativise ce mouvement. Les enjeux climatiques et environnementaux demeurent très loin derrière ceux de sécurité, d’emplois et de migrations dans le débat public et l’agenda politique. Contre la voie détestable du repli identitaire et nationaliste, la voie européenne et l’ouverture au monde global, aussi souhaitables soient-elles, doivent impérativement aller de pair avec une prise de conscience des limites planétaires et une repensée profonde de l’éthos moderne et progressiste.

À l’heure où il aurait fallu drastiquement accélérer la lutte contre le changement climatique, nous ne nous contentons pas de stagner, nous reculons. À se demander si, dans l’inconscient collectif, les grandes messes comme la COP21 ne sont que de vastes performances de sérieux où le monde fait semblant de vouloir enrayer le réchauffement climatique et ainsi, faire durer le non durable.


  • Globalising the Climate. COP21 and the climatisation of global debates, sous la direction de Stefan C. Aykut, Jean Foyer, Édouard Morena, éditions Routledge, 2017, 198 p.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Selon les termes de S. Aykut, « Governing through verbs : The practice of negotiating and the making of a new mode of governance », in Globalising the Climate, COP 21 and the Climatisation of Global Debates, Routledge, London, 2017.

[2-S.C. Aykut, J. Foyer et E. Morena, Globalising the Climate, COP 21 and the Climatisation of Global Debates, Routledge, London, 2017.

[3S. Aykut et A. Dahan, Gouverner le Climat ? Vingt ans de négociations climatiques, Presses de Sciences Po, Paris, 2015 ; A. Dahan, « La gouvernance du climat entre climatisation du monde et schisme de réalité », in L’homme et la société, no 199, 2016/1, p 79-90.

[4Bruno Latour, « L’Europe est seule, mais seule l’Europe peut nous sauver », Reporterre.


Lire aussi : L’Europe est seule, mais seule l’Europe peut nous sauver

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos :
. chapô :Flickr (Takver/CC BY-SA 2.0)
. bannière : Wikimedia (Quinn Dombrowski/CC BY-SA 2.0)

DOSSIER    Climat : de COP en COP

1er août 2017
Sous le soleil, ailleurs...
La vie de Reporterre
29 juillet 2017
Radio Bambou pour les enfants : le camp sans déchets, l’étonnant oiseau batteur, et la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Info
25 juillet 2017
Les radios pirates sont de retour... avec les luttes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Climat : de COP en COP