Le jardin sans pétrole - Dix-sept arrosoirs et un crapaud repu

Durée de lecture : 2 minutes

20 juin 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Passage express au jardin, le temps de verser dix-sept fois le contenu de l’arrosoir, de cueillir un peu d’oseille et de salade, et de croiser le crapaud qui se la coule douce sous un carton.


Absents ce week-end, nous avons abandonné le jardin aux rayons ardents du soleil de juin et aux rats taupiers. J’y file lundi soir par le train de 17 h 03. Avec mon vélo, je me fraye un passage dans le RER chargé des premières sorties de bureau. Le RER des travailleurs est bien plus rapide que celui du week-end et une demi-heure plus tard me voici sur le quai de la gare de Lardy.

J’enfourche ma petite reine sans tarder, descend vers la Juine, passe le pont de pierre et remonte vers la forêt. Il n’y a pas une minute à perdre si je veux être de retour à Paris pour le dîner ! Le temps de remplir dix-sept arrosoirs que je verse sur les maïs, les haricots, les courges, les choux, les carottes, les salades, l’arroche, les radis, le chrysanthème comestible, la ciboulette, les tomates, les basilics, les piments, l’hysope, les poireaux... il est déjà 18h45.

Je cueille de l’oseille, un peu de salade, les pois gourmands vide le seau de compost avant de le remettre dans la sacoche, ferme la porte du jardin et pédale jusqu’à la gare où j’arrive à temps pour le train et une conversation sympathique avec une jardinière-hôtesse de l’air. Des variétés de rhubarbe d’Angleterre aux courges de Roumanie, elle m’entraîne dans sa passion des graines du monde entier qu’elle tente de faire pousser dans son jardin des bords de la Juine.

Zut ! J’ai oublié de remettre des coquilles d’œuf broyées autour des choux pour tenir les limaces éloignées. Avec cette sécheresse et la présence d’un crapaud entre deux âges, elles se font plutôt discrètes. Nous avons découvert ce crapaud commun il y a trois semaines faisant la vigie sous un carton. Nous l’avons revu plusieurs fois à cet endroit depuis la mi-mai. Je l’imagine au petit matin, gavé de limaces, faisant trempette dans la mare de Léonie avant d’aller dormir. Déjà, le RER entre en gare d’Austerlitz.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Jardin sans pétrole - Pire que le stress hydrique, les rats taupiers

Source : Christine Laurent pour Reporterre

DOSSIER    Jardin sans pétrole

13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)