Le jardin sans pétrole - L’ortie, un trésor pour le compost

Durée de lecture : 2 minutes

3 octobre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Une journée sans RER pour Chamarande pour cause de travaux. On reste en ville... où il y a des découvertes à faire sur les vertus de l’ortie.

Adieu jardin ! Nous voilà avec notre salade de lentilles sur les bras que nous allons finalement déguster sur un carré de prairie du bois de Vincennes. Des repousses de ray-grass, de dactyles et autres fétuques, deux troncs coupés en guise de banc et un rayon de soleil. Bien plus soigné que nos 400 m2 où il nous faut sans cesse contenir les ronces.

J’avais prévu, ce dimanche, de m’occuper d’un tas de compost qui s’est rempli très vite avec des végétaux tout secs du manque d’eau estival. Ces végétaux ont une forte teneur en carbone et pour rééquilibrer le compost, je pensais y adjoindre des orties, dont j’ai découvert un important massif en lisière de forêt.

Un champ d’orties en lisière de forêt.

Les orties n’apportent pas que de l’azote ! Incorporée dans le compost, cette plante agit comme un activateur qui accélère la décomposition des végétaux et leur transformation en humus. Quand les orties sont en graines, comme en ce moment, il est préférable de les tremper dans l’eau. Elles germeront dans le tas de compost, où elles s’affaibliront, et n’envahiront pas le jardin.

Il faut savoir, en ces temps de torpeur climatique, que la transformation des déchets végétaux dans un compost des champs - comme le nôtre - ou dans un lombricompost des villes - comme celui que des copains du 18e arrondissement ont installé dans leur cave - est une façon très efficace de séquestrer du carbone. Car une fois mûr, votre compost viendra enrichir une terre de culture dans laquelle les plantes qui pousseront transformeront le dioxyde de carbone de l’air en oxygène.

En attendant le moment d’aller travailler au jardin, Jean-Marie a fait un aller-retour lundi soir et a rapporté des tomates, une brassée d’oseille et de la salade au moins aussi amères que le chou de Kale, de l’Amap…


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photos : Christine Laurent/Reporterre

DOSSIER    Jardin sans pétrole

20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
21 septembre 2019
EN VIDÉO - « Nous, Gilets jaunes, écolos, handicapés, paysans, travailleurs, avons un message commun »
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)