Le jeu coopératif, idéal pour les vacances

Durée de lecture : 4 minutes

30 juillet 2016 / Marc Sautelet (Reporterre)

Les jeux de société cultivent la plupart du temps notre rapport à la compétition. D’autres jeux au succès grandissant cultivent l’entraide entre les joueurs. Enquête ludique et sélection de cinq jeux collaboratifs pour petits et grands. À pratiquer sans modération !

Youpi ! C’est les vacances, pour Reporterre. Les chaussures de randonnée sont prêtes pour les ballades dans les Cévennes. Le maillot et la serviette bien pliés au fond du sac pour se prélasser le long de la piscine en cas de coup de chaud. On s’apprête à tuer le temps aussi : la liste de bouquins faciles à dévorer s’allonge continuellement. Et, secrètement, on rêve de pouvoir enfin lire les revues hautement intellectuelles que l’on n’assume pas d’apporter à la rédaction.

Avec tout ça, il reste bien un peu de place pour emporter des jeux dans nos valises. L’occasion de s’essayer — enfin — aux jeux coopératifs. Mais, au fait, c’est quoi un jeu coopératif ?

« C’est un jeu dans lequel on s’entraide pour atteindre un objectif commun, ensemble. Les autres joueurs deviennent des partenaires et non pas des adversaires », répond Chloé Di Cintio, responsable de l’association enVies en Jeux créée en 2008 et qui porte le site internet www.jeux-cooperatifs.com.

Guillaume Lenoble, le fondateur de Belugames, jouant au célèbre jeu du Verger.

À la différence du jeu compétitif, tout le monde gagne ou perd ensemble. Excellent outil éducatif, le jeu coopératif n’est pas pour autant réservé aux enfants. « Depuis peu, le jeu coopératif entre en force dans le monde des adultes, car on l’a sorti des carcans éducatifs. Grâce à des jeux comme Hanabi, par exemple, qui a eu beaucoup de succès, ou encore Andor ou Mysterium. ». Même son de cloche pour Guillaume Lenoble, qui a fondé Belugames en mars 2016 après une campagne réussie de financement participatif : « Au Festival de Cannes des jeux, en 2016, le salon de référence du domaine, deux des trois jeux primés étaient des jeux coopératifs. Une belle reconnaissance de la qualité de ces jeux d’un type nouveau, même si les ventes restent encore marginales. » Les jeux coopératifs comptent pour environ 5 % du marché aujourd’hui, mais la tendance est à la hausse : « Certains éditeurs essaient d’avoir 15 %, voire plus, de jeux coopératifs dans leurs références », précise Guillaume, qui a quitté son poste au sein d’une grande société de management pour monter sa propre entreprise.

Plus de choix désormais, et surtout des jeux accessibles à tous, grands comme petits, qui permettent de changer notre rapport à la compétition. « Sans le savoir, nous sommes formatés pour la compétition. Dès le plus jeune jeune âge, dès l’école, on nous met dans des classes de niveaux. Cela devient un automatisme », dit Guillaume Lenoble.

« La compétition n’est pas forcément mauvaise, mais aujourd’hui on lui a donné un monopole. Le monde est en train de mourir de la compétition », estime Chloé Di Cintio. En cela le jeu coopératif peut aider. « C’est une vitrine de la coopération. Chez enVies en Jeux, on considère que c’est une métaphore d’une société plus humaniste, moins violente. »

Les jeux coopératifs sont accessibles à tous, grands comme petits, et permettent de changer notre rapport à la compétition.

À mettre dans vos valises

Alors, avant de partir en vacances, nous vous conseillons 5 jeux coopératifs à mettre dans vos valises sans qu’ils prennent trop de place.

Hanabi
C’est le grand classique des jeux coopératifs et parfait pour prendre l’apéro. Le but est de construire ensemble un feu d’artifice, avec la particularité que vous ne voyez pas vos cartes. C’est un jeu qui demande de la mémoire, de l’empathie et qui permet une belle marge progression.

Mini-Verger
La version mini d’un best-seller des jeux pour enfants qui fête ses 30 ans. Le corbeau va-t-il manger ou non tous les fruits dans l’arbre ? Tension, stress, les petits adorent ce jeu de plateau.

Storycubes
Lancez les dés et vous-mêmes dans une histoire rocambolesque à plusieurs conteurs. L’une des références dans les jeux de créations d’histoire, qui permet de mélanger facilement adultes et enfants, y compris lors des voyages en train ou en voiture. Dans le même style, il existe également Comment j’ai adopté un gnou ?

Acrobatino
Entre le jeu de société et de plein air, c’est l’un des seuls jeux qui avantagent les enfants puisqu’il demande... de la souplesse. Tirez deux cartes et elles vous indiqueront quelle partie du corps doit toucher l’autre. Prévoyez donc de l’espace pour vos petits bouts de chou.

Kreo
Envie de vous prendre pour des dieux ? Collaborez à la création d’une planète viable pour démontrer votre puissance à votre père, Ouranos. Pour cela, il vous faudra anticiper comment jouent les autres : intuition, déduction et confiance sont les maîtres mots. Parfait pour les plus de 10 ans et si vous voulez prendre un peu plus le temps de jouer. Après tout ce sont les vacances !


Vous pouvez retrouver tous ces jeux sur Belugames et www.jeux-cooperatifs.com. Pour plus de critiques d’utilisateurs de jeux, rendez-vous sur www.trictrac.net.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Qu’est-ce qu’un jeu coopératif ?

Source : Marc Sautelet pour Reporterre

Photos : © Marc Sautelet/Reporterre

THEMATIQUE    Quotidien
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
18 septembre 2019
Naomi Klein : « Nous entrons dans l’ère de la barbarie climatique »
Entretien


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Marc Sautelet (Reporterre)