Faire un don
39151 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
49 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le sable, enquête sur une disparition

Durée de lecture : 4 minutes

6 février 2014 / Pascale Solana (Reporterre)

Le sable, auquel personne ne fait attention et qu’on pourrait croire inépuisable, est une matière de plus en plus recherchée, notamment par l’industrie du bâtiment, et en danger de disparition. Le film Le sable, enquête sur une disparition, en salles le 7 février, plonge dans cette problématique et les enjeux de cette ruée mondiale.


Le sable qu’on foule du pied en marchant la plage est-il réellement une matière banale ? Est-il en quantité infinie ? Au delà des côtes, quel est son véritable impact sur nos vies ? C’est à ces questions que Denis Delestrac répond dans un documentaire intitulé Le sable, enquête sur une disparition. Avec une approche systémique, il permet de faire des liens et de comprendre la problématique et les enjeux de cette véritable ruée mondiale vers le sable.

L’investigation nous mène aux quatre coins de la planète, recueillant images, témoignages, expertises de représentants d’ONG, de scientifiques, d’industriels. Il s’avère que ce grain insignifiant, auquel personne ne prête attention ni ne protège est pourtant le « héros invisible de notre époque » comme l’explique le géologue britannique Michael Welland.

Du verre aux cosmétiques en passant par les peintures, les plastiques, les minéraux stratégiques de tous les outils de connectique (puces des ordinateurs, téléphones, etc .), il est partout, comme l’air qu’on respire sans s’en apercevoir. C’est le bâtiment qui en absorbe le plus, avec notamment l’industrie du béton, devenu le matériau de construction dominant sur la planète.

L’auteur montre alors comment le développement urbain accroit la demande à tel point que le sable, bien que bon marché, devient un matériau rare ! 200 tonnes pour une maison moyenne, 3000 pour un bâtiment comme un hôpital, 30 000 pour 1 km d’autoroute, 12 millions pour une centrale nucléaire, au total 40 milliards de tonnes et 70 milliards de dollars d’échanges par an. Voilà qui donne la mesure de l’usage.

Ou la démesure comme le développement ahurissant de Dubaï et de ses îles artificielles ou celui de Singapour qui en quelques décennies a vidé de son sable les littoraux alentours.

Aujourd’hui les Etats affichent des politiques de restriction : cela entraîne l’organisation de trafics par des mafias, comme en Inde où elles orchestrent l’industrie du bâtiment, ou au Maroc où des marinas se construisent à tour de bras.

Mais d’où vient tout ce sable ? Pas du désert, dont les grains érodés par le vent ne sont pas appropriés à la construction. Il provient majoritairement des littoraux et des fonds marins. De plages où Delestrac suit de pauvres bougres chargeant des mules de sacs de sables grattés à la force du bras. Ou de fonds marins raclés industriellement par de puissantes flottes de multinationales. Ce pillage écologique aux conséquences économiques et sociales est une bombe à retardement.

Infographies à l’appui, le cycle du sable est expliqué clairement, de la roche montagneuse à la plage, tous les obstacles tels barrages, extraction en rivière, etc., finissent par engloutir les plages de la planète, celles de Floride qui dépend largement du tourisme balnéaire ou celle d’atolls comme aux Maldives modifiant le mode de vie des autochtones.

Dans un cercle vicieux, beaucoup migrent vers les villes qui ont besoin de construire, donc de sable. L’incohérence du mécanisme atteint son paroxysme lorsque la caméra s’attarde sur les bidonvilles qui s’étendent au pied d’immeubles inoccupés, inaccessibles à ces plus pauvres pour cause de spéculation immobilière.

Et de réfléchir sur ces kilomètres de routes, ces chantiers gigantesques parfois inachevés qui ne serviront à rien, sur l’urgence devant la silencieuse disparition de grains de sable par milliards. Quelles que soient les alternatives, par exemple le recyclage de matériaux pour le bâtiment elle suppose au préalable une prise de conscience et on en est loin. D’où l’intérêt de ce passionnant documentaire aux allures de thriller.


Le sable, enquête sur une disparition, Denis Delestrac, France/Canada 2013.

Pratique : ce documentaire est à voir au Festival du film d’environnement le 7 février au Cinema La clef (Paris 75005 - 19 h) et le 8 février au Cinéma des cinéastes (Paris 75017 à 19h30) où la séance est suivie d’un débat avec le réalisateur Denis Delestrac et Benoit Hartmann, de France Nature Environnement. Il est aussi disponible en VOD/DVD (1h14mn) dans la boutique d’ARTE (1h14minutes).


Aller plus loin sur le sable


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Pascale Solana pour Reporterre

Photos :
- Chapô : SOS Normandelière
- Affiche : Agadir blog
- Ile : Conso globe

Voir par ailleurs Les événements de Reporterre

10 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes sont dangereux pour la santé. Des manifestants témoignent
Enquête
11 décembre 2019
VIDÉO - Yann Arthus-Bertrand : « Je ne prendrai plus l’avion »
Entretien
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête




Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)