Le typhon qui a ravagé les Philippines, une puissance monstrueuse

Durée de lecture : 4 minutes

11 novembre 2013 / Olivier Mary (Reporterre)



Plus de dix mille morts selon les autorités : le bilan du typhon Haiyan, qui a ravagé les Philippines, est terrible. Ce typhon présente des caractéristiques extraordinaires, véritablement hors-norme. Effet du changement climatique ? Pas si simple.


Des vents de 313 km/h avec des pointes à 378 km/h, une montée des eaux qui engloutit des villes pourtant situées jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres : le typhon Haiyan, qui a dévasté les Philippines de vendredi 8 novembre à samedi, est un phénomène météorologique hors-norme.

Il est à ce jour le plus intense des cyclones de l’année et un des plus importants jamais observé. Il a détruit 70 à 80% des régions qu’il a traversées dans la province de Leyte, au centre du pays, selon un responsable de la police locale, causant la mort d’au moins 10 000 personnes.

C’est la ville de Tacloban, qui compte 220.000 habitants, qui aurait subi les plus gros dégâts. Les Philippines avaient déjà subi des rafales de 305 km/h lors du passage du typhon Angela en 1995, mais la catastrophe atteint aujourd’hui une ampleur jamais vue dans l’archipel. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (BCAH) évalue à plus de 330.000 les personnes déplacées et 4,3 millions celles touchées d’une manière ou d’une autre par le typhon sur un total de 36 provinces. Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime de son côté que 2,5 millions de personnes ont un besoin urgent d’aide alimentaire. Il est en train d’organiser le transfert de quarante tonnes de vivres. D’heure en heure, les bilans ne cessent de s’alourdir, et pour cause.

Heiyan est un typhon de catégorie 5 qui est la plus élevée sur l’échelle de Saffir-Simpson. Il dépasse largement les 250 km/h et les 5,5 mètres d’onde de tempête requis pour être rangé à ce niveau. Au plus fort de son intensité, la pression en son centre était comprise, selon l’agence météorologique japonaise et le centre américain interarmes de prévision des cyclones tropicaux, entre 870 et 895 hectoPascal alors que la pression atmosphérique moyenne au niveau de la mer est d’environ 1013 hPa. Un record précédemment détenu par Tip, dans l’océan pacifique, avec 870 hPa mesurés le 12 octobre 1979 et des vents maximaux alors estimés à 305 km/h. Des chiffres comparables avaient été atteints par Camille près de la côte du Golfe du Mississippi en 1969.

Mais qu’il touche l’Atlantique ou le Pacifique, le cyclone ne concerne que les mers chaudes. Pour qu’il se développe, la température de l’océan doit dépasser les 26 degrés sur une profondeur de 60 mètres. Il puise son énergie dans la chaleur dégagée par la mer qui refroidit immédiatement après son passage. Il permet ainsi d’évacuer l’énergie accumulée dans les eaux tropicales.

On peut alors penser que le réchauffement climatique risque d’accroitre ce type d’épisodes météorologiques extrêmes en entrainant l’augmentation de la température des océans. Mais le Giec, dans le résumé à l’intention des décideurs du cinquième rapport d’évaluation paru en septembre, reste très prudent. Les experts estiment que l’accroissement de l’activité des cyclones tropicaux intenses au début du XXIe siècle n’est pas évident : ils parlent de « degré de confiance faible ».

- "Summary for policy makers", 2013, p. 33 -

Pour 2100, l’accentuation serait « plus probable qu’improbable dans le Pacifique Nord-Ouest et l’Atlantique Nord ». Les statistiques récentes ne sont pas beaucoup plus probantes. Selon le météorologue américain Ryan Maue, le nombre total de ces phénomènes a baissé depuis 1978, tandis que les plus violents d’entre eux augmentaient légèrement. On ne peut donc pas affirmer avec certitude que des cyclones de la puissance de Heiyan vont se multiplier.

- Le nombre total d’ouragans diminue sur trente ans, mais leur intensité augmente légèrement, selon Ryan Maue -

Après avoir causé des dégâts considérables, Heiyan s’affaiblit progressivement en traversant la mer de Chine méridionale. Quand il atteindra les côtes du Vietnam, le typhon n’aura plus assez d’énergie pour s’alimenter et il s’affaiblira rapidement. Il devrait être alors rétrogradé en catégorie 1. Mais par précaution, les autorités locales ont commencé samedi l’évacuation de 600 000 habitants de quatre provinces côtières.

Il reste, aux Philippines, à soulager la douleur d’un pays ravagé.

- Trajectoire du typhon Haiyan -





Source : Olivier Mary pour Reporterre.

Photos :
. La ville de Tacloban ravagée (chapô) : theguardian
. Ouragan aux Philipppines : lemonde.fr
. Graphe nombre d’ouragans : Ryan Maue
. Trajectoire du typhon : Washington Post

Lire aussi : Inde : un cyclone et un miracle.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

18 septembre 2020
Avec le projet de contournement de Montpellier, la voiture reste reine
Reportage
18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien
18 septembre 2020
La folie des projets routiers continue, malgré de farouches luttes locales
Info




Du même auteur       Olivier Mary (Reporterre)