Les aliments ultratransformés créent la mauvaise santé

Durée de lecture : 1 minute

30 août 2017 / Anthony Fardet



  • Présentation du livre par son éditeur :

Et si les conseils nutritionnels avaient tout faux ? Une fois ce sont les graisses qu’il faut éviter. Une autre fois les sucres. On colle des pastilles vertes, orange, rouges sur des emballages selon des critères surannés. Pendant ce temps, obésité, diabète et cancers progressent.

Selon Anthony Fardet, les vrais coupables ce sont les aliments ultratransformés qui ont envahi nos supermarchés depuis les années 1980.

Ces aliments sont conçus au sein des centres de recherche et développement de Big Food. Objectif : fabriquer à bas prix des produits qui ressemblent à des aliments, qui ont le goût d’aliments… mais qui n’ont plus rien d’un aliment.

L’ultratransformation déstructure l’aliment d’origine et lui fait perdre ses vertus santé. Elle nécessite aussi l’ajout d’une kyrielle d’additifs et d’agents « cosmétiques » suspects. Ces faux aliments, écrit Anthony Fardet, sont la première cause de de mortalité.

Il est urgent de revenir aux fondamentaux. D’abord en sachant identifier un aliment ultratransformé et le livre en donne les caractéristiques, exemples à l’appui.

Ensuite en mangeant vrai. Pour y parvenir, l’auteur révèle les trois règles d’or d’une alimentation saine et holistique. Celle-ci favorise aussi une agriculture éthique et durable.

En suivant les conseils de ce livre nous pouvons tous gagner au moins 10 ans d’espérance de vie en bonne santé.

  • Anthony Fardet est docteur ès sciences, chargé de recherche en alimentation préventive et holistique.

  • Mangeons vrai. Halte aux aliments ultratransformés !, d’Anthony Fardet, Thierry Souccar éditions, 15 juin 2017, 256 p., 19,9 €.

Source : Thierry Souccar éditions





Lire aussi : Nous mangeons trop de produits ultra-transformés
22 septembre 2020
À Dijon, une zad pour préserver un îlot de nature en ville
Reportage
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage




Du même auteur       Anthony Fardet