Les opposants au gaz de schiste en Algérie ne doivent pas être réprimés

2 mars 2015 / Collectifs non aux pétrole et gaz de schiste et de houille



Dans le sud de l’Algérie, à In Salah, un mouvement citoyen se développe depuis un mois contre l’exploration du gaz de schiste. Celle-ci est lancée par des compagnies étrangères avec le soutien du gouvernement algérien. Une répression violente est engagée.

Dans le sud algérien la population d’In Salah s’oppose depuis deux mois à la fracturation hydraulique.

Samedi 28 février 2015, craignant que la compagnie Halliburton ne procède à une fracturation hydraulique à la suite du forage effectué pour le compte de Sonatrach ces dernières semaines sur le deuxième puits d’exploration d’Ahnet (AHT-2), le mouvement citoyen d’In Salah a poursuivi sa mobilisation en se rendant à la base de vie de la compagnie américaine pour manifester son opposition.

En réaction à ce mouvement de protestation, les unités anti-émeutes de la gendarmerie ont réprimé violemment, faisant des blessés tout en procédant à plusieurs arrestations. Cette répression s’est poursuivie jusqu’au centre ville d’In Salah par le saccage de la Place de la Résistance, lieu symbolique du mouvement citoyen qui a démarré le 31 décembre 2014. Dimanche, dès les premières heures, des participants à cette manifestation citoyenne ont été blessés au cours d’affrontements violents.

Les collectifs français opposés aux gaz et pétrole de schiste et au gaz de houille condamnent vivement ces violences exercées à l’encontre de la population d’In Salah qui a cherché légitimement et pacifiquement à se préserver des conséquences sanitaires et environnementales de telles expérimentations.

Nous dénonçons ce passage en force au moment même où la société civile d’In Salah a tenté de renouer le dialogue avec les autorités en adressant la semaine dernière au chef de l’Etat une demande de moratoire sur le gaz de schiste cosignée par des experts algériens en énergie, démarche qui est restée sans réponse. Le mutisme des autorités algériennes s’est transformé en répression cherchant à discréditer les actions légitimes de protestation.

Nous refusons qu’en Algérie et ailleurs, les gouvernements soutiennent les compagnies pétrolières et gazières nationales ou internationales, publiques ou privées, pour imposer leurs choix au détriment de l’intérêt des populations et détruire leurs territoires.

Les collectifs français expriment toute leur solidarité avec les citoyens d’In-Salah et leur détermination sans faille à mettre un terme définitif à ces expérimentations.

Signataires :
Collectif viganais contre les gaz et huile de schiste (30), Collectif Carmen (02 - Sud de l’Aisne), Collectif Orb-Jaur non au gaz de schiste (34), Collectif Stop gaz de schiste 69 (69), Collectif du Haut-Bugey non aux forages pétroliers (01), Collectif Non au gaz de schiste Pays de Savoie et de l’Ain (01, 73, 74), Collectif Stop au Gaz de Schiste Anduze (30), Collectif Valgorge (07), Collectif du Pays-Fertois (77), Collectifs Isérois Stop GHRM (38), Collectif IdF Non au gaz et pétrole de schiste (75, 93), Collectif 07 Stop au Gaz et Huile de Schiste (07), Collectif Houille ouille ouille (59, 62), Collectif Garrigue-Vaunage (30), Collectif Stop Gaz de Schiste 39 (39), Collectif Bastagaz !Ales (30), Collectif de vigilance Plaine d’Ales, Camis’Gaz (30), NOGANINA 07, Collectif de Barjac (30), Collectif de Campagnan (34), Collectif « non gaz de schiste » Florac (48).


Complément d’information :

- La compagnie française Total est impliquée. Elle a obtenu en 2009 un permis d’epxloration dans la région d’In Salah.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Algérie : encore un pas vers le gaz de schiste

Source : Stop au gaz de schiste

Photos :
. chapo : BBOY LEE
. algerie-focus

DOSSIER    Mines et Gaz de schiste

THEMATIQUE    Energie International
23 octobre 2017
CARTE EXCLUSIVE - Un tiers du parc nucléaire français en panne ou à l’arrêt
Info
23 octobre 2017
Cinq questions, cinq réponses, pour comprendre les zones humides
Info
21 octobre 2017
En ce doux automne, les châtaignes boguent et la vannerie est bucolique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste



Sur les mêmes thèmes       Energie International