Malgré la décision de justice, le préfet de Haute-Garonne s’obstine à détuire les espèces protégées à Val Tolosa

Durée de lecture : 2 minutes

21 juillet 2017

Les travaux pour le méga-centre commercial Val Tolosa ont redémarré, malgré la décision de la Cour administrative d’appel de Bordeaux qui jugeait illégale la destruction des espèces protégées sur l’emprise du projet, le 13 juillet dernier.

Le redémarrage des travaux fait suite à une décision du préfet de région Occitanie, également préfet de Haute-Garonne, qui a délivré le 12 juillet un arrêté similaire à celui qui a été annulé le lendemain par la cour administrative d’appel, a indiqué France Nature Environnement jeudi 20 juillet. Pour Michel Dubromel, président de France Nature Environnement, « cet arrêté est incontestablement illégal. L’Etat contourne ici une décision de justice pour détruire inutilement des terres agricoles. Ce projet de méga centre commercial, qui ne présente pas d’intérêt public majeur, n’est pas soutenu par les élus et acteurs institutionnels : c’est un non-sens économique et écologique ! »

Le 13 juillet, la Cour administrative d’appel de Bordeaux jugeait illégale la destruction des espèces protégées sur une zone de 44 ha de terrains naturels sur lesquels le groupe UNIBAIL RODAMCO veut construire le méga centre commercial, rappelle l’association de défense de l’environnement. « France Nature Environnement Midi Pyrénées vient de déposer un référé pour demander la suspension de la nouvelle autorisation de destruction d’espèces protégées, et refuse de rencontrer le préfet de région Occitanie tant que celui-ci ne retire pas ce nouvel arrêté incompréhensible », poursuit-elle.

  • Source : France Nature Environnement (courriel)
  • Complément d’information : L’arrêté préfectoral en téléchargement ou consultable ici

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : A Toulouse, l’opposition au centre commercial Val Tolosa ne désarme pas


Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Grands Projets inutiles

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
7 septembre 2019
Gilets jaunes, écologistes : marchons ensemble le 21 septembre
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles