Naufrage d’une plate-forme pétrolière dans l’Arctique russe

Durée de lecture : 1 minute

20 décembre 2011 / par villalard

Plus de quarante morts et disparus dans le naufrage de la plate-forme Kolskaïa, en Arctique, dimanche 18 décembre ; pas de fuite de pétrole.


Une tempête a fait chavirer et couler une plateforme de forage pétrolier dimanche matin 18 décembre dans la mer d’Okhotsk, à 200 km de l’île de Sakhaline, au nord-est de la Russie. Ce lundi 19, seules 17 personnes ont été sauvées sur les 67 qui étaient présentes à bord de la plateforme Kolskaïa, selon l’antenne régionale du ministère des Situations d’urgence, et une dizaine de corps ont été repérés. Les recherches se poursuivent mais les conditions météorologiques encore difficiles, avec des températures extérieures de l’ordre de -17° et une eau proche de 0°, réduisent fortement les chances de survie des disparus.

Le naufrage de la plateforme Kolskaïa s’est produit lors de son remorquage vers l’île de Sakhaline. Le Comité d’enquête de Russie estime probable qu’il y ait eu violation des règles de sécurité et met en cause la décision de remorquer une plateforme en pleine tempête.

La plateforme était exploitée par Arktikmorneftegazrazvedka (AMNGR), filiale de la compagnie contrôlée par l’Etat, Zarubezhneft, selon l’agence de presse Ria Novosti. Les autorités citées par la presse russe estiment minimes les risques de pollution dans la mesure où la plateforme contenait peu de pétrole. Cet accident pourrait cependant relancer les polémiques autour de la volonté russe de développer l’exploitation de pétrole dans l’Arctique, région aux conditions climatiques elles aussi extrêmes et à l’écosystème fragile.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Zonebourse.com

Photo : La plate-forme Kolskaïa avant son naufrage, Ria Novosti

Lire aussi : Fuite nucléaire en Arctique sur un brise-glace

12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune


Du même auteur       villalard