Faire un don
54957 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
69 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Notre Dame des Landes : les gendarmes se sont retirés de la Zad

Durée de lecture : 1 minute

20 avril 2013 / Le Télégramme


Entre 150 et 200 gendarmes se relayaient depuis octobre dernier sur le site du rpojet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ils ont quitté la zone dans la nuit de vendredi à samedi. Un geste de l’Etat, qui intervient dix jours après la publication des rapports de trois commissions.

« Les gendarmes sont partis dans la nuit. On revient à un régime normal de présence de gendarmerie comme sur le reste du département », a déclaré ce samedi matin un haut responsable de la préfecture. L’information se dessinait depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux sous la forme de témoignages postés notamment sur Facebook. Elle est donc confirmée. Quelle signification ? L’Etat souhaiterait par ce geste calmer le jeu dix jours après la publication des rapports de trois commissions qui ont préconisé des études complémentaires avant le lancement des travaux.

« Un signe »

Du côté de la préfecture, on précise les raisons de ce retrait : « On est en train de réorganiser notre dispositif, c’est-à-dire que l’on tente une configuration qui ne soit plus une présence permanente des forces de l’ordre mais des interventions au coup par coup en cas de besoin ». Le préfet Christian de Lavernée « a souhaité envoyer ce signe ». Mais la situation peut encore évoluer.

Retrait sous condition

Le retrait des forces de l’ordre est soumis à un certain nombre de conditions : absence d’obstacles à la circulation, au travail des agriculteurs et à la possibilité pour les différents experts de faire les relevés scientifiques demandés dans les rapports des commissions. Et si ces conditions ne sont pas respectées ? « On sera malheureusement obligés de revenir à la situation antérieure », avertit la préfecture.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : letelgramme.fr

Photo : FR3

Consulter par ailleurs : Dossier Notre Dame des Landes