« Nous, écologistes, faisons-nous confiance à ce gouvernement ? Non »

Durée de lecture : 8 minutes

12 septembre 2014 / Impossible confiance

Des militants d’EELV ont lancé un appel pour convaincre les parlementaires de ne pas voter la confiance au gouvernement Valls le 16 septembre. Pour eux, le gouvernement « ressemble à une image d’Épinal du social-libéralisme » et « a choisi de déchirer le compromis historique de la majorité de 2012 au profit d’une convergence idéologique avec un libéralisme effréné ».


Le 25 août, le Président de la République a choisi de reconduire Manuel Valls à Matignon et lui a demandé de « constituer une équipe en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies pour notre pays ». Des trublions ont été évincés et cette équipe ressemble aujourd’hui à une image d’Épinal du social-libéralisme.

Sur le fond comme sur la forme, c’est le passage en force d’une idéologie qui nie à la fois la diversité de celles et ceux qui ont porté François Hollande à la présidence de la République et la nécessité de mettre en œuvre le changement attendu.

Le Premier ministre a annoncé qu’il solliciterait de nouveau la confiance de l’Assemblée nationale le 16 septembre. Or, accorder sa confiance, c’est choisir une posture résolument optimiste sur les intentions du gouvernement et le comportement de son Premier ministre. Sur ces deux points, nous considérons que les lignes rouges ont été franchies.

Renoncements environnementaux et recul devant les lobbies

Les intentions de ce gouvernement sont connues : renoncements environnementaux et recul devant les lobbies, austérité budgétaire, remise en cause de l’encadrement des loyers, gel des prestations sociales, soutien sans contreparties aux entreprises, etc. En revanche, plus un mot sur la transition écologique même à l’approche de la COP21 de Paris ! Plus un mot non plus sur l’indispensable réforme fiscale ou les réformes institutionnelles que commande l’agonie de la Ve République.

Cette politique diverge totalement des attentes suscitées par l’élection de François Hollande en mai 2012 et la succession des renoncements et résignations alimente un vote d’extrême-droite devenu refuge des « anti-systèmes ».

Notre responsabilité politique, c’est de dénoncer ces discours pernicieux, de réaffirmer les valeurs de l’écologie, les attentes des électeurs de 2012 en matière de justice sociale, d’innovation fiscale et économique. Notre responsabilité, c’est de rompre avec une politique néfaste, quelle que soit l’étiquette qu’elle s’accole pour se donner bonne conscience. Jamais un Premier ministre n’avait autant répété qu’il était de gauche, comme pour s’en convaincre lui-même. Mais pour paraphraser Reverdy, en politique comme en amour, les actes comptent plus que les mots : il faut des preuves.

- Manuel Valls -

Méthode autoritariste

Aux intentions, il faut ajouter le comportement, la méthode. L’autoritarisme dont a fait preuve Manuel Valls en refusant le débat au sein de la majorité ne peut que nous inquiéter. Nous attendons d’un Premier ministre qu’il apaise, qu’il permette les conditions d’une expression sereine de la démocratie. Tel n’est aujourd’hui pas le cas. Nous déplorons des discours glissant vers le populisme, allant des amalgames sur les Roms jusqu’à la chasse aux « chômeurs – fraudeurs ».

Le présidentialisme atteint son paroxysme : un Président et un Premier ministre qui tentent d’imposer à leur majorité une autre ligne politique que celle pour laquelle ils ont été élus, qui méprisent le Parlement en remettant en cause une des rares lois à portée solidaire et sociale votée à une large majorité (loi ALUR), qui menacent de recourir abusivement à des ordonnances pour passer en force des projets sans les discuter avec leur majorité.

Après avoir plusieurs fois demandé un changement de cap, nous, écologistes, devons aujourd’hui affirmer notre autonomie. Faisons-nous confiance à ce gouvernement pour mettre la France sur de bons rails ? Pour engager la transition écologique qui mettra un terme à l’épuisement des ressources au profit d’un productivisme vide de sens ? Pour refonder notre démocratie en sortant du présidentialisme qui nous étouffe ? Pour restaurer le contrat social qui fait notre unité dans la diversité et la fraternité ? Non.

Ce gouvernement a choisi de déchirer le compromis historique de la majorité de 2012 au profit d’une convergence idéologique avec un libéralisme effréné. Cette convergence, c’est le sursaut du productivisme, du monde d’hier qui s’accroche au pouvoir.

Refuser la confiance le 16 septembre

Nous, écologistes, demandons que le Président de la République engage enfin la politique pour laquelle il a été élu. Qu’il rompe avec ce mépris des électeurs et de la parole donnée qui alimente la désillusion, l’abstention et le dégoût du politique.

Notre responsabilité n’est pas de nous compromettre. Elle est de briser l’illusion que cette politique est légitime et qu’elle serait la seule réponse. Notre responsabilité est d’ouvrir les yeux, de regarder ailleurs et d’incarner une autre voie.

Notre responsabilité n’est pas d’accompagner l’abîme de cette Ve République à bout de souffle, mais de créer les conditions d’un sursaut démocratique, d’accompagner une chance historique de construire une VIe République écologique et sociale.

Nous appelons donc tous les parlementaires n’ayant pas abdiqué à changer le réel au profit de la solidarité, de la démocratie, de la justice et de l’écologie, à refuser d’accorder leur confiance à ce gouvernement en votant contre le 16 septembre. Il est aujourd’hui indispensable d’envoyer un signal au Président de la République et au gouvernement pour qu’ils engagent enfin la politique pour laquelle ils ont été élus.


Premiers signataires :

Enzo POULTRENIEZ, Michel BOCK, Alexis BRAUD, Yves CONTASSOT, David CORMAND, Elen DEBOST, Jean-Sébastien HERPIN, Wandrille JUMEAUX, Michèle LE TALLEC, Antoine MAURICE, Philippe MEIRIEU, Catherine NAVIAUX, Florence PELISSIER-COMBESCURE, Didier-Claude ROD, Sandrine ROUSSEAU, Eva SAS, Marine TONDELIER

Rodéric AARSE, Jean-David ABEL, Pascal ABENZA, Nasser ACHOUR, Jean-Joseph ALAIN, Patrick ANNE, Christine ARRIGHI, Didier AURIOL, Henri BALMAIN, Pascal BARBIER, Bernard BARRÉ, David BASSEUX, Marius BASTY, Guy BATIOT, François BEAUMERT, Marc BELUET, Gilles BÉNARD, Mélanie BÉNARD, Laurent BERNIER, Aurélien BERTHOU, Fatima BEZLI, Jean-Pierre BIGORGNE, Xavier BIGOT, Serge BILLON, Stéphanie BOCQUET, Amélie BON, Mathieu BOUCHARD, Denis BOUCHARDON, Brigitte BOUCHET, Tewfik BOUZENOUNE, Géraldine BOYER, Guillaume BRAS, Jean-Marie BROCHARD, Françoise BRUNEL, Jean-Marc BRUNEEL, Alain BUSSER, Léo BUYLE, Anne CAILLET, Jean-Louis CALMETTES, Yves CARRÉ, Marie-Claire CAZENEUVE, Patrick CHARTIER, Anne HADANCOUR, Paul CHOTARD, Caroline COMMANDEUR, Daniel COMPERE, Stéphane COPPEY, Alain CORDIER, Sylvain CORNUT, Monique COSSON, Benjamin COUDRIET, Alain COULOMBEL, Didier COUPEAU, Guillaume COUSIN, Jérémie CREPEL, Louise CROVETTI, Bernard CROZEL, Thomas CUTUIL, Marielle CUVELIER, Dominique DE COSTER, Christelle DE CREMIERS, Anne DE RUGY, Jérémy DEBRUYNE, Gilles DEGUET, Christine DELABYE, Alain DELAME, Adrien DELASSUS, Jean DELAVERGNE, Brigitte DEL-PERUGIA, Bérénice DELPEYRAT-VINCENT, Didier DELPEYROU, Marco DI GIUSTO, Pascal DIDIER, Paul DIDIER, Françoise DORVAL, Virginie DRAPIER, Laurent DREYFUS, Francis DROSSART, Jean-Paul DUGOUJON, Sylviane DUPONT, Guillaume DURAND, Yves DUSSER, Hamza EL KOSTITI, Léon ESTROUMA, Vinciane FABER, Hicham FASSI-FIHRI, Lino FERREIRA, Fabrice FLOCH, Jac FOL, Michel FOUCRÉ, Alain FOURNIER, Charles FOURNIER, Marie-Claude FOURNIER, Lionel FREL, Philippe GARDELLE, Damien GIRARD, Jerome GLEIZES, Regis GODEC, Josiane GONNOT, Patrick GOUJON, Suzanne GRANDPEIX, Denis GRANJEAN, Claire GROVER, Gérôme GULLI, Philippe HAMON, Betsabée HAAS, Karim HAMMOUR, Xavier HARDY, Brigitte HERIDEL, Nicolas HERVE, Juliette HOSTEN, Pierre-Jocelyn HUYGHE, Michel ISAMBERT, Alain JEAN, Bertrand JEANDEL, Pierre JOHNSON, Pierre JOURDAN, Nicolas JOUVE, Tibor KALOCSAY, Nabila KERAMANE, Zémorda KHELIFI, Lars KIIL NIELSEN, Jean-Charles KOHLHASS, Micheline LABROUSSE, Johan LAFLOTTE, François LAFOURCADE, Annie LAHMER, Myriam LAÏDOUNI-DENIS, Boris LAMBERT, Patrice LANCO, Gérard LANSADE, Antoine LAPLANE, Anne LAUNAY, Nathalie LAUNAY, Vincent LAURENT, Romain LAVEAU, Claudine LAYRE, Mickael LE GALL, Timothée LEBON, Sylvie LEKIN, Gilles LEMAIRE, stéphane LEVY, Marc LIPINSKI, Paulo-Serge LOPES, Ludovic LOTODE, David M’BANZA, Janick MAGNE, Jean MALLET, François MANDIL, Éric MANFREDI, Frédéric MARIN, Serge MAROLLEAU, Lionel MARTIN, Lucia MARTINI SCALZONE, Jean-Jacques MERCIER, Pierre MERIAUX, Grégory MERLY, Maxime MESSIER, Christian METAIRIE, Gil METTAI, Pierre MICHEL, Jean-François MICHEL, Annick MINNAERT, Pierre MINNAERT, Yann MONGABURU, Léopold MONJOIE, Brigitte MONNET, Claire MONOD, Antonin MOULART, Antoine MOULIN, Martial MOUQUERON, Pascal MULLIE, Sophie NICKLAUS, Dominique NORMAND, Patricia OLIVERO, Jacques OLIVIER, Jamel OUFQIR, Colette PAYEN VIGNE, Cécile PEGUIN, Mehmet PEKKIP, Jacques PERREUX, Alain PERSAT, Danielle PERSICO, Yann PERSILLON, Jean-Louis PEYRON, Michel PIERRE Pascale PIERSON, Raymonde PONCET, Marie-Christine PONS, Cécile PRUDHOMME, Roland RABEAU, Gérard.RAIMBAUD, Daniel RAMPONI, Maël RANNOU, Ghislaine RAUTUREAU, Serge RAVEAUX, Alain REFALO, Stéphane RENAUX, Nadine REUX, Catherine RIBES, Marion ROBERT, Michel ROLLAND, Eliane ROMANI, Daniel RONDEPIERRE, Christian ROUANET, Denis ROUILLARD, Fabien ROULLAND, Corinne RUFET, Emmanuel SAINT-JAMES, Fabien SANTINI, Michel SARRAILH, Mounir SATOURI, Stéphane SAUBUSSE, Georgette SAUVAIRE, Amandine SCHERRER, Philippe SCHMITT, Eric SELOSSE, Ghislaine SENÉE, Pierre SERNE, Martin SILORET,Tania SOUBIEN, François SOULABAILLE, hélène STEPHAN, Christine STIÉVENARD, Pierre STOEBER, Hugues STOECKEL, Frédéric SUPIOT, Jean-Marc TAGLIAFERRI, Marc TAUTOU, Frédéric TERRIER, Mathilde TESSIER, Catherine THIEBAUT, Antoine TIFINE, Pierre TOULOUSE, Dominique TRICHET-ALLAIRE, Sarah TRICHET-ALLAIRE, Zita TUGAYE, François VEILLERETTE, Ginette VERBRUGGHE, Pascal VESVRE, Michèle VIGNE, Claude VIGNERON, Arthur VINCENT, Véronique VINET, Aurélien VITRAC, Philippe VIVIER, Catherine WALTHERT SELOSSE



Source : Impossible confiance

Photos :
. Chapô : Wikipedia (Richard Ying et Tangui Morlier / CC BY-SA 3.0)
. Valls : Wikipedia (Claude Truong-Ngoc / CC BY-SA 3.0)

Lire aussi : Pour une gauche de transformation sociale et écologique

THEMATIQUE    Politique
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Politique