On a retrouvé la conférence environnementale !

Durée de lecture : 7 minutes

27 novembre 2014 / Marie Astier (Reporterre)

Vous aviez déjà entendu parler de la conférence environnementale avant ce matin ? Non ? Ce n’est pas surprenant. A Reporterre aussi on a failli la rater. Le gouvernement lui aussi l’avait presque oubliée.


En théorie, bien sûr, on sait qu’elle existe. C’est même l’une des promesses de campagne du candidat Hollande : « Je prends l’engagement d’ouvrir un dialogue environnemental au même niveau que le dialogue social », avait-il affirmé au Congrès de France Nature Environnement. Ce serait comme le Grenelle de l’environnement, mais en mieux, puisque l’événement aurait lieu chaque année.

Promesse tenue, depuis son élection. Et ce matin 27 novembre, le Président va inaugurer sa troisième conférence environnementale.

Mais cette année à Reporterre, on a eu du mal à la trouver... Il y a quelques mois la ministre Ségolène Royal l’annonçait en octobre.
Et puis non, on a appris qu’elle se déroulerait en novembre et se diviserait en trois réunions réparties sur le mois. Mais sur le site du ministère, toujours rien au début du mois.

- Des Reporterriens à la recherche de la Conférence perdue... -

Tiens donc, serait-ce une façon de diluer le débat, s’interrogaient les mauvaises langues ? C’est en tout cas ce que pensent les ONG écolos : la plus grosse fédération française, France nature environnement, menace de ne pas y participer de même que le Réseau action climat France (RAC).

A la rédaction de Reporterre on s’étonne : comment, le gouvernement n’aime pas parler d’environnement ?

Finalement, le ministère de l’Ecologie a fait marche arrière. D’accord, la conférence environnementale aura bien lieu en une seule fois, aujourd’hui jeudi et demain vendredi. Trois tables rondes sont au programme : une sur les transports, une sur la santé-environnement et la troisième sur la préparation de la Conférence internationale sur le climat à Paris en 2015.

Ouf, « On a retrouvé la conférence environnementale ! » se félicite Reporterre. Mais les associations ne s’adoucissent pas pour autant. Elles ont comme l’impression qu’on se moque d’elles, comme l’exprime le RAC en termes polis : « Alors que les lobbies routiers ont obtenu satisfaction sur le sort de la taxe poids lourds, force est de constater que les attentes exprimées lors du débat sur la transition énergétique et des réunions préparatoires de la conférence environnementales n’ont, elles, pas été entendues. »

Résultat, quatre associations décident de boycotter la table ronde sur les transports : le RAC, FNE, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et les Amis de la Terre.

Première raison, l’abandon de l’écotaxe. « Un casus belli » pour Denez L’Hostis, président de FNE. Mais la liste des autres raisons est longue :

- Maintien du projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes, qui bénéficie du soutien du Premier Ministre ;
- conséquence de l’abandon de l’écotaxe, suspension des investissements dans les projets de transports collectifs ;
- plan de relance des autoroutes ;
- toujours sur les autoroutes, proposition de Ségolène Royal de les rendre gratuites le week-end ;
- hausse de la TVA sur les transports en commun de 7 à 10 % ;

Etc...

« Le Réseau Action Climat ne compte plus les décisions prises à l’encontre de la transition énergétique et de l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les transports, premier secteur responsable du changement climatique en France », poursuit l’association dans son communiqué.

Interrogée sur ce boycott, la ministre semble ne pas être au courant. « Même s’ils ne sont pas là, nous tiendrons compte de leurs remarques », promet-elle. Avant de nuancer : « Mais les absents ont toujours tort... »

D’ailleurs, pourquoi s’énerver ? L’écotaxe n’est pas abandonnée voyons ! « La suspension du contrat avec Écomouv’, (...) n’est pas la suspension de l’écotaxe et certainement pas la suspension non plus du principe pollueur/payeur », révèle Ségolène Royal, dans une petite phrase qui ne passe pas inaperçue.

Malgré cet effort, les Amis de la Terre en rajoutent ! « La déclaration tombe à pic », remarquent-il dans un communiqué. Ils s’interrogent : « Ségolène Royal prépare-t-elle médiatiquement une conférence environnementale (…) qui s’annonce désastreuse ? »

Peu importe les promesses désormais : « L’heure des déclarations est depuis longtemps révolue : des actes et du courage s’imposent maintenant », poursuivent les Amis de la Terre. Peine perdue pour la ministre, les associations continuent de bouder.

Et voici que leurs collègues spécialistes de santé-environnementale en rajoutent une couche ! Ecologie sans Frontières, Générations Futures, Respire et Robins des Toits se demandent dans un communiqué : « L’environnement et la santé, ça commence à bien faire ? »

Elles se plaignent de n’être pas invitées à la table-ronde santé-environnement. Risquaient-elles de gâcher la fête ? Mais non, puisqu’en dernière minute le porte-parole de Générations Futures François Veillerette a reçu une invitation... Sauf qu’il ne sait pas à quel titre. En tant que personnalité qualifiée il pourra s’exprimer, mais s’il vient en tant qu’expert, il ne pourra pas donner son avis.

Et d’ailleurs, avec qui va-t-il débattre ? « Je ne sais pas du tout ! », répond-t-il. Quant aux sujets de discussion, « cela fait des mois qu’on fait des réunions, affirme-t-il… Mais je n’ai reçu la feuille de route avec les propositions que lundi soir. »

« Soit c’est de l’amateurisme, soit on est sciemment évités », dénonce Etienne Cendrier de Robins des Toits. Il penche plutôt pour la deuxième solution. Car des propositions transmises au gouvernement, « aucune n’a été reprise, déplore-t-il. On n’a même pas reçu d’accusé de réception ! »

Cette petite bande-là a aussi fait sa liste des reculs récents du gouvernement en matière d’environnement :

- La semaine dernière, une proposition de loi qui voulait inclure les particules fines et le dioxyde d’azote dans le calcul du bonus-malus des voitures n’a pas été soutenue par les parlementaires socialistes. Elle aurait mis à égalité les voitures essence avec le diesel ;
- la mesure de la qualité de l’air intérieur dans les écoles et les crèches a été annulée au dernier moment par un communiqué de Ségolène Royal ;
- les zones sans pesticides autour des écoles ont été évoquées dans les débats sur la loi d’avenir agricole, puis abandonnées ;
- la proposition de loi Abeille sur les ondes électromagnétiques semble avoir été égarée entre le Sénat et l’Assemblée nationale ;
- un plan numérique pour l’école avec du WIFI en élémentaire et en maternelles est annoncé, alors que dans les crèches il est interdit car considéré comme dangereux ;
- le gouvernement avait promis plus de transparence sur les données des études de mise sur le marché des produits potentiellement dangereux comme les pesticides. Mais ces données resteront secrètes pour raison de « secret industriel »
- l’étude Risk’OGM sur la dangerosité des OGM, promise après la publication de Gilles Eric Séralini, ne se fera que sur 3 mois au lieu des 2 ans promis ;

Et cerise sur le gâteau, comme le révèle Reporterre, le gouvernement veut autoriser les nanomatériaux dans l’alimentation.

« Cette conférence environnementale est juste un coup de com’, il ne se passera rien, conclut Nadir Saïfi, vice-président d’Écologie sans frontières. Je n’ai jamais vu un gouvernement aussi sensible aux lobbys que celui-là ».

Mais sans doute n’était-il pas présent lundi à la conférence de presse de Ségolène Royal. Car Reporterre y était, et on a bien entendu, elle parlait justement de santé environnement : « Nous devons aller beaucoup plus vite, malgré les lobbies » a-t-elle lancé avec vigueur. Promis-juré et foi de ministre. On sent les lobbies trembler...


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Marie Astier pour Reporterre

Images :
. L’équipe de Reporterre en pleine recherche de la conférence perdue : Reporterre :)
. dessins de Tommy Dessine pour Reporterre.


Cet article et ces illustrations ont été réalisés par des journalistes professionnels et ont entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
9 avril 2020
Evacuation de la Zad de Brétignolles-sur-Mer : les autorités n’ont pas respecté le confinement
Info
9 avril 2020
Comment les grandes fortunes redorent leur image grâce au coronavirus
Info




Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)