Pitié pour les corbeaux

Durée de lecture : 2 minutes

24 avril 2009 / Ligue protectrice des oiseaux



Pratique d’un autre temps, la destruction des corbeautières doit cesser.

Suite à la multiplication de la destruction des nids de corbeaux en Champagne Ardenne, la LPO tient à rappeler que la loi française protège les nids et les œufs des oiseaux quels qu’ils soient. Pour permettre la cohabitation des activités humaines et de la vie animale dans les meilleures conditions possibles, la LPO propose donc quelques solutions respectueuses de la loi et de la nature.

Les Corbeaux freux nichent en colonie dans les arbres. Ils se regroupent en automne et en hiver en de grands dortoirs. Ces colonies peuvent poser des problèmes de nuisances sonores (très rarement olfactives) et des dégradations dues aux fientes et à l’accumulation de matériaux de construction du nid.

Dès janvier puis tout au long du mois de février, les Corbeaux renforcent leurs nids de branchages. Après quoi, la ponte et la couvaison commencent. Enfin, fin mars, les premières éclosions ont lieu.

C’est à ce moment et jusqu’en juin, que des actions souvent peu concertées avec les associations de protection de la nature, se produisent dans nos villes. A la demande de riverains en général, les corbeautières sont vidées de leurs habitants soit par des moyens légaux mais encadrés comme le tir des oiseaux volants soit par d’autres, totalement hors la loi et au mépris de la vie, comme la destruction des nids occupés par des œufs ou de jeunes oiseaux.

La LPO a pour vocation la protection des oiseaux sauvages et des écosystèmes dont ils dépendent et plus globalement la sauvegarde de la biodiversité. La LPO est donc contre le piégeage, les empoisonnements, la destruction des nids et le tir des adultes en période de reproduction, d’autant plus que d’autres solutions, beaucoup plus respectueuses et peu coûteuses, existent pour palier à ces problèmes.

En effet, dans le respect des oiseaux, la LPO préconise les solutions suivantes :

- l’élagage des arbres à l’automne ou en début d’hiver, au plus tard mi-janvier pour limiter la nidification des oiseaux au printemps,

- le retrait de tous les vieux nids, avant février, pour ne pas intervenir au début de la saison de nidification (mars à juin), ceci pour limiter l’attractivité de la colonie qui sera d’autant plus forte qu’il y aura de nids visibles.

Pour éviter ces actes odieux, la LPO vous invite à faire part à vos élus de votre désapprobation vis-à-vis du non respect de la loi française, et à leur faire part des solutions proposées par la LPO.





Source : http://www.lpo.fr/comm/index.shtml

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
21 septembre 2020
Exclusif - La carte des emprises de l’Andra pour imposer l’enfouissement des déchets nucléaires
Enquête
21 septembre 2020
Carola Rackete : « Il ne s’agit plus d’être optimiste ou pessimiste mais de s’engager »
Entretien