Pour construire un monde commun

Durée de lecture : 2 minutes

12 décembre 2019

Dans « Ce à quoi nous tenons », Émilie Hache propose une approche pragmatiste des questions écologiques. Pour se donner une chance de construire un monde commun, il s’agit de s’appuyer sur les multiples expérimentations en cours, engagées par des scientifiques, des éleveurs, des économistes ou encore des activistes.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Avec la crise écologique, l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les forêts qui nous entourent ne sont plus des choses qui vont de soi et que l’on peut traiter avec indifférence. Nous découvrons qu’elles ne sont plus des ressources inépuisables ni des ressources tout court au sens de simples moyens au service de nos propres fins.
Nous n’en avons donc pas fini avec la morale. Mais fabriquer une morale qui inclue les relations que les humains entretiennent avec les animaux, les montagnes, les océans, le climat, etc. implique de nouvelles propositions. Celles-ci ne peuvent pas être la simple déclinaison de principes universels fondés a priori, mais elles doivent s’appuyer sur les multiples expérimentations en cours, engagées aussi bien par des scientifiques que des éleveurs, des économistes, des patients ou encore des activistes se mêlant souvent de ce qui n’est pas censé les regarder.

En s’attachant à décrire au plus près ce à quoi nous tenons et non à prescrire ce qu’il faudrait faire, sans jamais séparer ce souci moral de ses conséquences politiques, Émilie Hache explore de nouvelles façons de prendre en compte ces différents êtres. Elle propose ainsi une approche pragmatiste des questions écologiques : il s’agit en effet d’apprendre à élaborer des compromis afin de se donner une chance de construire un monde commun, exigeant de ne pas s’arrêter à la question : « Qui est responsable ? », mais d’en accepter une autre, bien plus difficile : « Comment répondre ? »

  • Émilie Hache est philosophe, maîtresse de conférences à l’université Paris Ouest-Nanterre.
  • Ce à quoi nous tenons — Propositions pour une écologie pragmatique, d’Émilie Hache, éditions la Découverte, novembre 2019, 270 p., 11 euros.


Lire aussi : Emilie Hache : « Pour les écoféministes, destruction de la nature et oppression des femmes sont liées »
22 janvier 2020
L’Andra utilise des youtubeurs pour rendre « cool » les déchets radioactifs
Tribune
23 janvier 2020
La réforme des retraites ignore la dette écologique laissée aux générations futures
Tribune
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien