Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
0
€ COLLECTÉS
0 %

Quand Nicolas Hulot et Vandana Shiva défendent les « biens communs »

6 mars 2018 / Nicolas Hulot, Vandana Shiva et Lionel Astruc

Nicolas Hulot et Vandana Shiva, dans « Le cercle vertueux », livre d’entretien avec Lionel Astruc, pensent des mesures concrètes destinées aux citoyens et aux décideurs politiques pour faire face aux enjeux écologiques et sociaux contemporains.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La rencontre entre Vandana Shiva et Nicolas Hulot a eu lieu en marge de la COP21 et s’est révélée fusionnelle. Leur discussion, orchestrée par Lionel Astruc, a débouché sur une définition commune des enjeux auxquels il faudra faire face et a permis de mettre en lumière des mesures concrètes destinées aux citoyens et aux décideurs politiques.

La dégradation de l’environnement et les catastrophes liées au réchauffement climatique touchent certaines populations plus que d’autres : les pays les plus pauvres et les revenus les plus modestes. Ils sont également les plus durement frappés par la perte de biodiversité, les problèmes d’accès à l’eau potable et à un air pur, la dégradation des sols, etc.

Comment inverser ce cercle infernal ?

La notion de « biens communs » (eau, air, terre, semences) est ici développée comme étant un point crucial à intégrer plus précisément dans les législations à venir en vue de leur protection. Les thématiques de l’alimentation, de la fiscalité et de l’énergie sont traitées de façon approfondie ce qui permet ainsi d’aboutir à des propositions concrètes.


  • Le cercle vertueux, Nicolas Hulot, Vandana Shiva et Lionel Astruc, éditions Actes Sud, février 2018, 144 p., 16 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : RADIO - Vandana Shiva : Transformer le cercle infernal en cercle vertueux. Avec Hervé Kempf
15 mai 2018
Sortie du glyphosate : la promesse de M. Macron n’est toujours pas tenue
Info
23 mai 2018
Pour se protéger du loup, il faut le connaître mieux
Enquête
23 mai 2018
La France et l’Europe nient les cultures paysannes
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre