Rencontre de Reporterre : Et maintenant ? Vivre ensemble pour libérer l’avenir

Durée de lecture : 2 minutes

5 février 2015

Jeudi 5 février à 19 h à Paris, 72 rue du Faubourg Saint Martin.

Depuis le 7 janvier, on a eu l’union nationale et la solidarité internationale. Puis les premières mesures d’urgence pour répondre à la menace du terrorisme. Mais tout le monde le sait, ça ne va pas. Le traumatisme est plus profond.

Un traumatisme qui, derrière l’apparence de l’unanimité, nous rappelle combien les fractures sont béantes : entre riches et pauvres, entre centres-villes et périphéries, entre villes et campagnes, entre zones favorisées par la mondialisation, et les autres, entre jeunes et vieux, entre ceux qui seraient d’ailleurs et ceux qui seraient d’ici.

Un traumatisme qui fait rejaillir l’échec du vivre-ensemble. Chacun a son coupable, chacun a ses certitudes sur les responsabilités de l’échec, et pourtant, personne ne discute véritablement.

Nous, on ne sait pas plus que quiconque. On sent, on ressent, on s’interroge. Mais on pense qu’il y a besoin de recréer une parole collective. D’évoquer des regards, des expériences, des envies différentes. De partager des constats et des pistes pour la suite.

Alors, le temps d’une soirée, on arrête tout, comme le dit si bien L’An 01, et on se parle. Sans prétention, loin des discours péremptoires, juste pour libérer la parole, et l’avenir qu’elle imagine.

Jeudi 5 février, un mois après, il y aura des témoignages et des acteurs de terrain, il y aura des idées et des paroles, avec Patrick Viveret, Mohamed Mechmache, et bien d’autres, dans une discussion animée par Hervé Kempf et Elise Aubry.

Infos pratiques :
- Jeudi 5 février 2015, 19h - 21h
- Salle des mariages de la mairie du Xe arrondissement, 72 rue du Faubourg St Martin, 75010 Paris.
- Métro : Château d’eau (ligne 4). Bus : Château d’eau (38, 39, 47), Strasbourg Magenta (56, 65)
- Entrée libre.



Pour préparer la rencontre :

- Patrick Viveret : « Pour empêcher le risque de la logique guerrière : la citoyenneté terrienne »

- « Monsieur, ils ne nous aiment pas »

- « On a beau être enfermé, on n’est pas protégé »

- Ibrahima Coulibaly : Le terrorisme découle aussi de la politique de la Banque mondiale

- Stéphane Lavignotte, « L’écologie aide à penser la place de l’Islam en France »

- En prison, des animaux pour rester humains

« Les arts martiaux sont une écologie corporelle »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Première mise en ligne le 28 janvier 2015.

Dessins :
. Red ! (très inspiré par L’An 01), pour Reporterre.
. Cil Vert

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête