Sauvons Chirac de la délinquance politique

Durée de lecture : 3 minutes

27 septembre 2010 / Sauvons les riches

Paris ne doit pas être un paradis judiciaire pour Jacques Chirac. Rendez-vous lundi 27 septembre devant l’hôtel de ville pour protester contre une justice à deux vitesses.


La justice n’est pas à vendre : contre le protocole Delanoë-Chirac, Sauvons les riches lance une pétition et passe à l’action !

Rendez-vous à l’Hôtel de ville de Paris au paradis judiciaire de Paris
lundi 27 septembre 10h devant l’Hôtel de ville sur le parvis à l’occasion du conseil de Paris

Musique des années 80, ambiance justice et cocotiers, les groupes de musique Justice et Didier Wampas sous réserve…

Le Collectif Sauvons les riches, qui a passé un bon moment à compter les points dans les affaires Woerth-Bettencourt-Banier-Wildenstein-Sarkozy repart à l’assaut.

Sur un cas tout aussi désespéré pour la médecine, mais pas pour Sauvons les riches : Jacques Chirac.

Lundi, le Conseil de Paris se verra proposer un protocole d’accord entre l’UMP et la Ville. En échange d’un remboursement de 2,2 millions d’euros, dont 1,65 million seraient acquittés par l’UMP et le reste par le justiciable Jacques C, la ville de Paris retirerait sa constitution de partie civile. Ainsi l’ancien président se retrouverait sans adversaire au tribunal, fin 2010 ou début 2011, le parquet demandant la relaxe.

Pour Sauvons les riches, l’association Anticor, et le collectif « L’appel et la pioche », l’argument de la réparation civile pèse trop peu face au risque de « justice à deux vitesses ». La Mairie de Paris doit maintenir sa plainte. Nous ne réclamons ni vengeance ni acharnement, mais simplement le fonctionnement normal et équitable de la justice. A l’heure où la justice française est si dure avec les faibles, elle ne doit pas se révéler, une fois de plus, si douce avec les puissants.

Ceux qui édictent les lois doivent être les premiers à les respecter.

Sauvons les riches sera là pour le rappeler aux membres du Conseil de Paris lundi.

Alors rendez-vous lundi !


Sauvons les riches, Anticor et l’Appel et la pioche vous proposent cette pétition à signer

Lettre ouverte aux conseillers de Paris : défendez notre droit à la justice

Le procès des emplois fictifs de la ville de Paris devrait avoir lieu dans quelques semaines. Les faits reprochés sont très graves : des responsables politiques sont accusés d’avoir détourné de l’argent public à des fins personnelles ou politiciennes.

Or, suite à un arrangement financier avec l’UMP et Jacques Chirac, le maire de Paris Bertrand Delanoë envisage de retirer la constitution de partie civile de la Ville, au risque de vider le procès de sa substance. Les prévenus pourraient en effet s’y défendre sans aucune contradiction, puisque le Parquet, dépendant du gouvernement, a d’ores et déjà annoncé qu’il demanderait la relaxe pure et simple. L’ancien président Jacques Chirac sortirait sans doute blanchi de cette procédure que la mairie de Paris avait déclenchée en 2001. Une fois de plus, l’impunité des puissants en sortirait renforcée et la classe politique finirait décrédibilisée.

Aussi nous demandons aux conseillers de Paris de voter contre le retrait de partie civile de la Ville. L’argument de la bonne gestion et de la réparation civile pèse malheureusement trop peu face au risque de « justice à deux vitesses ». Nous ne réclamons ni vengeance ni acharnement, mais simplement le fonctionnement normal et équitable de la justice. A l’heure où la justice française est si dure avec les faibles, elle ne doit pas se révéler, une fois de plus, si douce avec les puissants.

Ceux qui édictent les lois doivent être les premiers à les respecter. Est-ce trop demander dans la France de 2010 ?

Nous comptons sur vous, mesdames et messieurs les conseillers de Paris, pour montrer, par votre vote, que la justice n’est pas à vendre



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://sauvonslesriches.fr/?p=448

Lire aussi : Bolloré en Afrique : silence, la justice veille http://www.reporterre.net/spip.php?...

7 juin 2019
Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
Enquête
17 juillet 2019
Trois raisons de refuser le Ceta
Tribune
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage




Du même auteur       Sauvons les riches