Surprise au jardin sans pétrole : une liane venue de Chine donne des kiwis !

Durée de lecture : 2 minutes

13 juillet 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Quelle surprise ! Au milieu de la vigne et des branches, se trouvaient des Actinidia deliciosa, une liane originaire de la vallée du Yangzi Jiang, en Chine, donnant les arbres à kiwi. A force de travail et de patience, les fleurs ont été fécondées et aujourd’hui une vingtaine de petits fruits se balancent au gré du vent.


Nous avons fait une belle découverte au fond du jardin, que l’on doit à la persévérance de Jean-Marie. Derrière la tonne d’eau, sur le grillage qui supporte la vigne, dans un enchevêtrement de branches jaillissantes, se trouvaient des arbres ressemblant à ceux que j’ai souvent vus dans la Drôme et sur lesquels poussent les kiwis. Il s’agit en fait d’une liane, Actinidia deliciosa, originaire du sud-est de la Chine.

Un jésuite français, Chéron d’Incarville, a décrit pour la première fois en 1750 ce fruit qui poussait à l’état sauvage dans la vallée du Yangzi Jiang. Le « mihoutao », « pêche des singes », était cueilli par les Chinois qui l’appréciaient mais ne le cultivaient pas. Importé en Europe à la fin du 19e siècle, il commença à être commercialisé en France vers 1906 sous la dénomination de « souris végétale ».

Nos deux sujets étaient tellement emmêlés que Jean-Marie a coupé leurs tiges bondissantes. Elles avaient envahi le chêne, le frêne et la vigne dans un entrelac végétal indescriptible.

Les pauvres ont pleuré leur sève pendant plus de trois mois, épuisés par les coups de scie trop tardifs. Mais finalement, au mois de juillet, des bourgeons sont réapparus et les branches se sont remises à pousser. Quand novembre est arrivé, Jean-Marie a palissé les branches les plus basses sur la clôture grillagée et raccourci les autres rameaux, laissant sur chacun deux ou trois yeux.

Au printemps 2014 les tiges des Actinidia deliciosa se sont lancées à nouveau à l’assaut des hauteurs. Il y a eu quelques fleurs mais elles n’ont pas donné de fruits. Pour se reproduire, cette espèce dite allogame, a besoin d’être deux, un mâle et une femelle. Seraient-ce deux femelles ? Nous ne voulions pas y croire.

L’automne suivant Jean-Marie a recommencé son labeur et taillé les lianes comme l’année précédente.

Et la surprise est arrivée cette année. Les fleurs ont été fécondées et une vingtaine de petits fruits se balancent au gré du vent telles de petites bourses velues, comme sur cette jolie plante que l’on nomme la capselle bourse à pasteur.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Sous la chaleur, les championnes grimpent vers le ciel

Source : Christine Laurent pour Reporterre

. Photo tige : Botanical garden

DOSSIER    Jardin sans pétrole

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)