Tremble, vieux monde, les fleurs de la vie percent ton béton

29 février 2016 / Hervé Kempf

Ah les amis, quel week-end ! À Notre-Dame-des-Landes, carton plein pour le pari fou des opposants au projet d’aéroport : une manifestation organisée presque au débotté – mais toujours avec la magnifique logistique des militants de l’Acipa et des zadistes –, et des dizaines de milliers de gens venus de partout.

Le voilà, le résultat de votre « référendum », Monsieur Hollande ! Non à l’aéroport !

À Barjac, dans le Gard, la levée de boucliers contre les tentatives de remettre le gaz de schiste en selle a aussi été unanime : non au gaz de schiste ! non à la destruction du climat par les fossiles !

Et ailleurs, d’autres signes de la rébellion se levaient plus discrètement : comme à Lille, où des militants de toutes les luttes se sont retrouvés, amorçant le mouvement de l’avenir où écologistes, paysans, ouvriers, employés, altermondialistes unissent leur forces pour bousculer l’ordre oligarchique. Ou à Lyon, où le Salon Primevère, le grand salon écolo, a vécu une trentième édition d’anthologie, voyant plus de 30.000 visiteurs arpenter les allées où solutions alternatives, débats de réflexion et marché bio affichaient une roborative vitalité.

Quel beau week-end, décidément. Qui dit une chose simple : dans ce pays, la jeunesse, l’énergie, l’enthousiasme, sont du côté de la rébellion. De la rébellion contre la logique néolibérale destructrice qui prétend encore imposer sa loi sinistre. MM. Hollande, Valls, Gattaz, Sarkozy, et tous les autres, sachez-le : il y a dans ce pays une foule immense qui prend au sérieux la question du climat ; qui sait qu’on ne résoudra pas le chômage en faisant couler le béton ; que l’agriculture a un bel avenir si on renverse la loi absurde du marché sauvage ; que les ressources pour changer le monde existent dans les poches des voleurs de l’oligarchie.

Un beau week-end. Cette année, le printemps a de l’avance : il a commencé les 27 et 28 février.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : © Isabelle Rimbert/Reporterre

13 novembre 2018
Cette guerre de basse intensité contre toute forme de révolte
Tribune
12 novembre 2018
À Marseille, la nouvelle rocade isole et pollue les quartiers nord
Reportage
12 novembre 2018
La taxe carbone est utile si elle sert à des politiques écologiques
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Hervé Kempf