Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Forêts tropicales

Un défenseur de la forêt a été assassiné au Guatemala

Walter Manfredo Méndez Barrios a été tué par balles dans la matinée du 16 mars, tandis qu’il se rendait à son lopin de terre à l’intérieur du Parc national de la Sierra del Lacandón, au cœur de la Réserve de biosphère Maya. Il est mort pendant son transport vers l’hôpital de San Benito, la ville centrale du nord du département du Petén, au Guatemala.

Méndez Barrios était le président de la Coopérative La Lucha, membre d’un groupe de coopératives agricoles dans la partie sud-est du parc national de la Sierra del Lacandón. Fondée à la fin des années 1970, La Lucha était aussi impliquée dans la récolte durable du bois et des produits non ligneux de la forêt. La coopérative travaillait en étroite coopération avec le Conseil national gouvernemental pour les aires protégées (CONAP) et d’autres organisations non gouvernementales, dont l’un des gestionnaires du parc, Defensores de la Naturaleza.

Agé de 36 ans, père d’un petit garçon de six ans, Walter était également membre du conseil d’administration de l’Association des communautés forestières du Petén (ACOFOP), un organisme communautaire composé de 24 groupes locaux et de coopératives, dont La Lucha. Il travaillait aussi avec le Front Peten contre les barrages. Depuis l’année dernière, il recevait des menaces de mort.

"On a tiré trois fois", a déclaré au magazine Mongabay, Salvador López, directeur régional du CONAP pour le Peten.

Les rapports déposés par Méndez Barrios avaient contribué à l’arrestation des braconniers et des usurpateurs de la terre, selon une note publiée le 17 Mars par le secrétariat exécutif de CONAP à Guatemala City.

La police a ouvert une enquête, mais López et beaucoup d’autres pensent qu’il a été tué à cause de son activisme communautaire et environnemental. L’identité de son ou ses attaquants - et de ceux qui auraient pu commanditer ce crime - reste inconnue.

"Walter Manfredo Méndez Barrios était totalement convaincu que les êtres humains ne peuvent aller de l’avant que si nous protégeons les ressources naturelles », a déclaré López, "Il a été tué par les balles meurtrières de ceux qui ne veulent pas que l’on protège les ressources naturelles, ceux qui font le trafic du bois dans la région, le trafic de la faune, ceux qui sont à l’origine de la déforestation."

-  Source (en anglais) : Mongabay

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende