Un roman écologiste à l’heure brésilienne

Durée de lecture : 1 minute

4 janvier 2020 / Clothilde Tronquet



Premier roman de Clothilde Tronquet, « Le sens des aiguilles d’une montre » est une plongée vertigineuse au cœur des chantiers éoliens, dans le Brésil des années Lula.

  • Présentation par Mathilde Bouquerel, collaboratrice de Reporterre :

Sur les ordres d’un patron furieusement mégalo, le jeune Thiago est envoyé dans les déserts hostiles du nord du Brésil pour y superviser le montage de mâts de mesure éoliens, des tours d’évaluation du vent, préalables indispensables à l’installation des parcs éoliens. Sur place, il découvre les rouages les moins reluisants de ces projets de « développement » qui bénéficient surtout à leurs entrepreneurs. Falsification d’études d’impact, corruption des agences de l’État, accaparement des terres, le petit employé devient vite homme à tout faire, et bientôt complice des abus de la compagnie pour laquelle il travaille.

Clothilde Tronquet a vécu au Brésil, elle a été au contact de cette grande foire de l’environnement et ça se sent. Sombre, réaliste, parfois plein d’une ironie mordante, ce roman est l’un de ceux qu’on lâche difficilement avant de l’avoir terminé. L’autrice nous entraîne dans un Brésil à deux vitesses, où l’écologie et les énergies renouvelables relèvent davantage de la case à cocher et de l’opportunité de business que de la préoccupation écologique. Une intrigue qui sonne terriblement d’actualité, à l’heure où le ministre de l’Environnement brésilien, Ricardo Salles, a été condamné notamment pour fraude environnementale.


  • Le sens des aiguilles d’une montre , de Clothilde Tronquet, Paul&Mike éditions, octobre 2019, 284 p., 16 €.




Lire aussi : Le sale business des éoliennes d’EDF au Mexique
11 juillet 2020
Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »
Entretien
11 juillet 2020
Pièges à lapin, plantes comestibles et purificateurs d’eau : j’ai suivi un stage survivaliste
Reportage
13 juillet 2020
Comme en Mai 68, tout est prêt pour un élan collectif, vital et nécessaire
Tribune