VIDÉO - La plus grande alternative de Paris prépare son renouveau

Durée de lecture : 3 minutes

20 décembre 2017 / Fanny Dollberg (Reporterre)

Un lieu magique ferme ses portes : les Grands Voisins, où alternatifs et précaires ont vécu en bonne intelligence depuis deux ans. Reporterre vous raconte en vidéo cette expérience unique, qui reprendra l’an prochain.

Le 22 décembre les Grands Voisins vont fermer, mettant fin à une occupation de deux ans. À cette occasion, une grande fête aura lieu et son programme est réjouissant : « Soirée hibernation, slow thérapie, grand banquet et déambulation nocturne ». Mais ce n’est pas la fin pour cette expérience unique à Paris, qui reprendra en avril 2018 pour une durée de 26 mois.

Les Grands Voisins, que Reporterre vous avait déjà raconté il y a un an est une expérience vécue dans l’occupation temporaire de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement de Paris. Cette expérimentation a été portée par trois associations (Aurore, Yes We Camp et Plateau Urbain) en concertation avec les organismes qui préparent l’écoquartier prévu sur le site de l’ancien hôpital (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Établissement public foncier d’Ile-de-France, Mairie de Paris et le futur aménageur du quartier, la SEM Paris Batignolles.)

Les porteurs du projet ont fait de cet espace de 3,5 hectares un laboratoire urbain sans précédent où biens communs et mixité des populations sont les maîtres mots. L’enjeu : multiplier les alternatives économiques au système dominant tout en faisant cohabiter ces alternatifs et les personnes en situation de précarité.

On vous raconte les Grands Voisins en vidéo :


L’AVENTURE VA CONTINUER

L’expérience ne va pas s’achever le 23 décembre. Devant le succès de l’occupation qui devait se terminer à la fin de l’année 2017, la Ville de Paris, la Mairie du 14e et l’aménageur Paris-Batignolles ont décidé de prolonger l’expérience. « Cette seconde phase de gestion temporaire qui débutera en avril 2018 se déroulera concomitamment à l’engagement des premiers travaux, sur une durée de 26 mois et sur un périmètre resserré. Elle se poursuivra avec le collectif déjà présent sur le site, constitué des associations Aurore et Yes We Camp et de la SCIC Plateau Urbain », a indiqué le 19 octobre 2017 la Mairie de Paris.

Cette seconde étape se déroulera sur 9.000 m² bâtis et 3.000 m² d’espaces extérieurs, contre respectivement 22.000 m² et 15.000 m² auparavant. Le centre d’hébergement d’urgence Aurore ne comptera plus que 190 places contre 600 lors de la phase 1, mais tous les résidents seront relogés dans d’autres foyers parisiens.

Les 200 structures résidentes, soumises à un engagement de départ avant la fin 2017 déménagent pour laisser la place à de nouvelles et ainsi favoriser le renouvellement. Un nouvel appel à candidatures a été lancé par les Grands voisins pour occuper les 3.500 m² disponibles sur la période avril 2018-juin 2020.

La majorité des associations et entreprises qui s’en vont ont déjà trouvé de nouveaux locaux et beaucoup d’entre elles ont décidé de continuer à travailler ensemble dans des espaces de travail partagés. « Ici on a ré-inventé notre manière de travailler » concluent les fondatrices de Ce Que Mes Yeux Ont Vu. Une histoire se termine, mais qui laisse la place à une multitude d’autres.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Entre insertion et artistes, l’ex-hôpital est devenu un laboratoire du vivre ensemble

Source : Fanny Dollberg pour Reporterre

THEMATIQUE    Quotidien
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête
8 août 2019
Comment se passer de l’avion ?
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Fanny Dollberg (Reporterre)