Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Vinci et corruption en Russie : Hollande a promis d’interroger la multinationale

En Russie, Vinci participe au projet d’une autoroute très controversée, détruisant la forêt de Khimki. Le montage financier associe la firme française à des entités basées en Chypre. Vinci est accusée de participer à la corruption en Russie. Lors de sa visite à Moscou, François Hollande a dit qu’il parlerait à la direction de la firme.


L’entreprise Vinci est engagée dans un projet d’autoroute en Russie entre Moscou et Saint Petersbourg. Ce projet est vivement contesté par les écologistes locaux, qui s’insurgent contre la destruction de la magnifique forêt de Khimki qu’impliquerait cette autoroute, dont l’utilité n’est au demeurant pas assurée.

Vinci est accusée de s’être associée dans cette entreprise à des partenaires liés à la mafia et au blanchiment d’argent.

Comme l’a montré l’ONG Bankwatch, le projet lie ainsi Vinci avec des entreprises ayant leur siège à Chypre, un des hauts lieux du blanchiment des capitaux obscurs. Voici l’organigramme qu’a établi Bankwatch :

Voici la carte à télécharger en PDF, plus lisible :

Ces accusations ont été reprises par Eva Joly, pour qui Vinci participe à la corruption en Russie.

La firme a dans la foulée démenti cette accusation, affirmant que « Le modèle de la concession retenu pour ce projet et son montage financier sont intrinsèquement porteurs de transparence financière ».

En février dernier, Evgenia Chirikova, leader du mouvement pour sauver la forêt de Khimki, a rencontré François Hollande lors de la visite de celui-ci à Moscou.

Sur le site de l’association Save Khimki Forest, Mme Chirikova raconte qu’elle a informé le président français de l’étrange comportement de la compagnie française en Russie. Au lieu d’attirer des investissements étrangers dans le projet (comme cela était prévu par le contrat de concession), Vinci a contribué à la création d’une joint-venture avec des compagnies aux liens étranges dans des paradis fiscaux, apparemment au bénéfice de l’oligarque Arkady Rotenberg, un ami de Poutine, et d’autres milliardaires".

Selon Mme Chirikova, « M. Hollande l’a remercié pour l’information transmise, importante et nouvelle pour lui. Il a promis de parler au management de Vinci ».

Il reste à attendre que l’Elysée nous informe quand Vinci sera interrogée et ce qu’il en ressortira.


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende