Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Pollutions

25.000 euros d’amende pour avoir rejeté des pesticides dans un cours d’eau

Jeudi 11 juin, le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, a condamné un exploitant de serres de tomates industrielles à 50.000 euros d’amende, dont 25.000 euros avec sursis, pour avoir pollué un cours d’eau.

L’affaire avait démarrée dans la commune de Plougrescant, le 1er juin 2017, alors que des promeneurs avaient découvert que l’eau d’un cours d’eau se jetant dans la mer moins de deux kilomètres plus loin était devenue rouge. La maire du village avait immédiatement interdit les activités de baignade et de pêche à pied, et fait effectuer des prélèvements indiquant des concentrations en nitrates douze fois supérieures à la norme pour l’eau potable, et des concentrations en pesticides jusqu’à 24 fois supérieures à la réglementation.

L’association Eaux et Rivières de Bretagne avait alors porté plainte. L’enquête de l’inspecteur de l’environnement avait conclu que la pollution provenait de serres de tomates industrielles. L’exploitant avait d’abord reconnu avoir vidangé la solution nutritive de ses serres le jour de la pollution, avant de se rétracter ensuite, et de souligner lors des auditions qu’il utilisait des produits alternatifs aux pesticides et faisait partie du programme éco-phyto visant à diviser par deux la consommation de pesticide des exploitations.

Le tribunal de Saint-Brieuc a finalement tranché en la défaveur de l’exploitant en fin de semaine dernière. « Eau & Rivières de Bretagne tient à saluer la réponse judiciaire qui pose la question de l’impact de l’activité maraîchère hors sol, a réagit l’association. La pratique est courante chez les serristes. Une solution nutritive est utilisée en circuit fermé. Quand elle n’est plus efficace, elle est souvent rejetée dans le réseau d’eau pluviale et donc dans la nature. Les conséquences environnementales peuvent être extrêmement dommageables. Malheureusement cette pratique semble très partagée dans la profession : la semaine dernière une nouvelle pollution de même nature a été constaté sur le même ruisseau ! »

  • Photo : La rivière venant de la commune de Plougrescant lors de sa pollution, le 1er juin 2017. DR

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende