Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

+ 38 °C : encore un record de température en Sibérie

Un nouveau record de température a été atteint en Sibérie. Samedi 20 juin, il a fait 38 °C dans la ville de Verkoïansk, située à 4.660 kilomètres au nord-est de Moscou. Il s’agit de la température la plus élevée jamais enregistrée au-delà du cercle polaire arctique. Selon The Weather Channel, la moyenne à Verkhoïansk à cette période de l’année se situe autour de 20 °C. Le record de samedi est donc supérieur de 18 °C.

Ce record de température survient alors que la région fait face à une canicule exceptionnelle. Le 22 mai, il a fait jusqu’à 25 °C dans le village de Khatanga, soit 13 °C de plus que lors du précédent record. Le 9 juin 2020, la température a atteint 30 °C à Nizhnyaya Pesha. « Je suis né en Sibérie et j’y ai vécu pendant soixante ans, a déclaré le journaliste Serguei Zubchuk au Siberian Times. Je ne me rappelle d’aucun printemps semblable à celui-là. »

Ces températures anormales sont directement liées aux activités humaines : selon Martin Stendel, de l’Institut météorologique danois, de tels écarts de température en Sibérie ne seraient observables qu’une fois tous les 100.000 ans si le climat n’était pas déréglé. Jeff Berardelli, météorologue de CBS, souligne également que ce phénomène est « tout simplement remarquable » : des températures aussi élevées dans la région étaient selon lui attendues pour 2100. Elles sont donc atteintes quatre-vingt ans plus tôt que prévu.

Ces records de température pourraient avoir des conséquences dramatiques pour la population de la région. Depuis le début de la canicule, elles ont déjà provoqué de terribles feux de forêts et ravagé des millions d’hectares. Elles pourraient également accélérer le dégel du pergélisol : selon The Guardian, le dégel de ce mélange de glace et de matières organiques est « au moins partiellement responsable » de la marée noire qui a eu lieu en Arctique début juin. En raison de l’affaissement des piliers d’un réservoir de carburant, 21.000 tonnes d’hydrocarbures ont été déversées dans l’environnement, provoquant un désastre écologique dans cette région particulièrement fragile.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende