Faire un don
65351 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
54 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

À LA TÉLÉ - Bombes chimiques à retardement en mer du Nord et dans la Baltique

Durée de lecture : 2 minutes

5 janvier 2019 / Jacques Lœuille

Dans son documentaire « Menaces en mers du Nord », Jacques Lœuille alerte sur les conséquences dramatiques à venir des quelque trois milliards de tonnes d’armes, dont chimiques, déversées dans les mers du Nord et Baltique lors des deux conflits mondiaux. Samedi 5 et et dimanche 6 janvier sur Public Sénat.

  • Présentation du documentaire par son diffuseur :

En mer du Nord et en Baltique, les Alliés ont volontairement coulé des navires transportant près de trois milliards de tonnes d’armes, chimiques et conventionnelles, produites lors de la Première et de la Seconde Guerres mondiales.

Aujourd’hui, ces déversements restent méconnus mais les conséquences environnementales sont graves. Les barils qui les confinent mettent entre 80 et 100 ans à rouiller : ils commencent actuellement à diffuser leur poison dans la mer. Il suffirait que 16 % des substances s’échappent pour éradiquer toute forme de vie pendant des siècles. Les scientifiques prédisent une catastrophe sans précédent... En Europe, la France est le pays le plus touché pour la période 1914-1918 ; et l’Allemagne pour la période 1939-1945. Entre ces deux pays, les fonds marins qui longent le littoral belge forment un vaste tapis de bombes toxiques. Alors que les autres pays européens et la Russie commencent à communiquer, pour échapper au cauchemar, la France refuse de lever le secret défense. Pourquoi et comment cette décision a-t-elle été prise ? Comment éviter la catastrophe ?

Voir le film


  • Menaces en mers du Nord, film documentaire de Jacques Lœuille, production Real Productions, 52’. Le film sera diffusé sur Public Sénat samedi 5 janvier 2019 à 16h30, dimanche 6 janvier 2019 à 12h34.

Puisque vous êtes ici...
... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.
Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre




DOSSIER    Déchets Eau, mers et océans

18 juin 2019
La 5G, des fréquences, des antennes et des craintes
Enquête
17 juin 2019
L’écologie people à l’assaut du plateau de Millevaches
Tribune
17 juin 2019
Plongée dans l’univers de la 5G : merveille ou cauchemar ?
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Déchets Eau, mers et océans