À Paris, une action en écho de la Marche des peuples pour le climat

Durée de lecture : 3 minutes

11 décembre 2014 / Barnabé Binctin et Lorène Lavocat (Reporterre)

En écho à la Marche des peuples qui s’est déroulée à Lima, où se poursuit la conférence des Nations unies sur le climat, un rassemblement a eu lieu mercredi à Paris. Imaginatif, mais clairsemé.


Mercredi 10 décembre, jour des Droits de l’Homme, une grande Marche des peuples pour le climat a pris possession des rues de Lima. L’action s’inscrivait dans le cadre du sommet des peuples, qui s’est ouvert lundi, dans la capitale péruvienne, et coïncide avec l’arrivée des représentants d’Etat pour les derniers jours de négociations internationales sur le climat, dans la COP 20.

- A Lima -

En solidarité, un « happening » était organisé sur la place de la République, à Paris, le même jour en fin d’après-midi. Un moyen de « se faire l’écho de ces luttes contre l’extractivisme ou contre la déforestation, de ces luttes paysannes qui convergent de par le monde entier » selon Gilles Lemaire, représentant d’Alternatiba Ile-de-France, un des organisateurs de la manifestation.

Avec d’autres organisations écologistes, telles que Greenpeace ou Vélorution, ils avaient concocté une mise en scène à destination des passants. D’un côté, les grands « méchants », incarnés par quelques déguisements d’homme-maïs – forcément OGM – ou de pétroliers Total mal intentionnés, emmenés par le grand lobbyiste des multinationales, Eddy.

De l’autre, des paysans bio, des vélos et tout un ensemble d’alternatives qui dessinent un autre monde. Et que les citoyens sont appelés à porter, à l’image de cette grosse mappemonde gonflable éclairant la nuit parisienne, comme une lumière à suivre.

- La Terre... à regonfler -

Car au milieu, la fresque vivante donne à voir des citoyens enchaînés, au pied de la Statue de la liberté. Comme un symbole ultime d’un asservissement qui ne dit pas son nom : « L’idée est de dire qu’on est prisonnier du système actuel porté par quelques multinationales qui profitent de l’inertie pour asseoir leur pouvoir sur les peuples » explique Lili, la scénariste de cette représentation théâtrale.

Sur l’air d’un opéra de Prokofiev, le dénouement donne ainsi à voir ces citoyens se libérant de leur chaînes pour porter la planète, ainsi regonflée d’un autre avenir. Une métaphore un peu trop manichéenne pour rendre compte de la complexité de la situation actuelle et des négociations en cours ?

Peut-être, répond-on du côté des organisateurs. Mais la caricature, l’exagération et le second degré sont des outils d’aide à la prise de conscience : « On est en train de se noyer, mais comme l’eau n’est pour l’instant qu’au niveau des genoux, on ne s’en inquiète pas… », dit Claire, une militante aux multiples casquettes, qui se dit « indignée par l’absence de réaction collective ».

L’occasion était un moyen de donner un nouveau « coup de pouce » au climat pour les manifestants qui, pointant le gros doigt en l’air, cherchaient donc à interpeller une fois de plus les décideurs publics assis autour de la table à l’autre bout du monde. Mais à peine plus de soixante, pas sûr qu’ils soient véritablement entendus…


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Paris : Lorène Lavocat
. Lima : Verónika Mendoza (@Vero_Mendoza_F)

Lire aussi : Climat tendu à Lima entre pays développés et pays en développement


Ce reportage a été réalisé par des journalistes professionnels et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

THEMATIQUE    Climat
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Barnabé Binctin et Lorène Lavocat (Reporterre)