Accord de Paris sur le climat : la sortie des États-Unis oblige l’Europe à agir

Durée de lecture : 4 minutes

5 novembre 2019 / Entretien avec Amy Dahan

Dans une lettre envoyée lundi 4 novembre aux Nations unies, Donald Trump a officialisé le retrait étasunien de l’Accord de Paris sur le climat. La sortie sera effective dans un an. Pour la chercheuse Amy Dahan cette annonce « envoie un très mauvais message aux autres pays qui sont déjà tentés par l’apathie et l’affaiblissement des efforts » climatiques.

Mathématicienne et historienne des sciences française, Amy Dahan est directrice de recherche émérite au CNRS. Elle a coécrit, avec Stefan Aykut, le livre Gouverner le climat ? 20 ans de négociations climatiques.


Reporterre — La promesse électorale de Donald Trump de sortir de l’Accord de Paris se concrétise : dans une lettre envoyée lundi aux Nations unies, le président des États-Unis a officialisé le retrait de son pays de l’accord mondial sur le climat. La sortie sera effective dans un an. Quelles sont les conséquences de cette décision ?

Amy Dahan — Au niveau des négociations internationales sur le climat, c’est évidemment un choc pour tous les pays engagés. Le président climatosceptique Donald Trump avait combattu l’Accord de Paris, il avait menacé d’en sortir, mais là le processus de sortie se met vraiment en œuvre. Or le rôle des États-Unis est primordial, c’est la première puissance économique du monde. L’Accord de Paris reposait sur l’idée qu’au fil des années, l’effort des Etats irait croissant contre le changement climatique. Malheureusement ça n’en prend pas le chemin.

La sortie des États-Unis ne devrait pas provoquer un « sauve qui peut », c’est-à-dire des pays imitateurs qui sortiraient à leur tour. Mais elle envoie un très mauvais message aux autres pays qui, tout en restant dans l’Accord, sont déjà tentés par l’apathie et l’affaiblissement des efforts. Le Brésil est sur cette position, tout comme la Russie, qui ne fait pas grand chose dans ce domaine et se réjouit de pouvoir ouvrir des voies maritimes en Arctique. On peut être dans un processus et ne pas s’y impliquer. On a déjà vu ça par le passé, avec le protocole de Kyoto, où de nombreux pays n’avaient pas mis en œuvre ce pourquoi ils s’étaient engagés. C’est plutôt ça que je crains.

Le retrait des États-Unis ne sera effectif que dans un an, au lendemain de la prochaine élection présidentielle américaine. Donald Trump brigue un nouveau mandat. Tous les adversaires démocrates potentiels de Donald Trump se sont engagés à revenir dans l’Accord de Paris, ce qu’ils pourront faire à leur éventuelle prise de fonction, le 20 janvier 2021. Une lueur d’espoir ?

La société américaine est très clivée entre les républicains et les démocrates, lesquels sont très divisés sur le changement climatique. Les démocrates font partie des forces qui sont convaincues de la réalité de l’alerte climatique, dont les manifestations sont très tangibles aux États-Unis. Des choses terribles se passent tous les jours en Californie et dans d’autres endroits : des feux, des tornades. Ça va être l’un des éléments très importants de la campagne présidentielle américaine.

En revanche, il faut bien se rendre compte que la question n’est pas seulement d’être dans l’Accord, de façon symbolique, mais plutôt d’agir dans l’Accord. Un accord invite à la transformation, et doit être investi très concrètement. On a tendance à trop s’arrêter aux mots mais, si Trump dit qu’il veut en sortir depuis deux ans, ça fait également deux ans qu’il verrouille toutes les possibilités d’investissements et d’actions publiques pour lutter contre le changement climatique. En France, le président Emmanuel Macron n’est pas climatosceptique, pour autant, on voit bien que la matérialité des actions à mettre en œuvre n’est pas encore là.

La prochaine Conférence des parties, la COP25, se tiendra du 2 au 13 décembre à Madrid, dans moins d’un mois. La semaine dernière, déjà, le Chili avait annoncé ne plus pouvoir l’accueillir en raison des mouvements sociaux… Cette COP peut-elle servir à quelque chose ?

Elle a vraiment du plomb dans l’aile, mais la grande échéance c’est la COP suivante, celle où les États sont censés rehausser leurs engagements et accroître leurs ambitions. Ce qui est important, maintenant, c’est de voir comment les autres pays vont réagir. Notamment, est-ce que l’Europe va pouvoir se construire une unité politique dans laquelle la transition écologique joue un rôle majeur ? Elle représente un marché de 500 millions d’habitants. C’est la seule force suffisamment importante à l’échelle géopolitique et qui a pu être motrice à des moments donnés. Elle a fait avancer des choses, a essayé de tricoter les efforts en restant attentive aux pays en développement. L’Europe peut être un continent déclencheur. Or, avec le Brexit ou les nombreux désaccords entre les États membres, ça n’en prend pas le chemin.

Ce que je crois très grave, c’est le contexte global. Toutes les tensions géopolitiques qui se développent — et qui ne sont pas indépendante des changements climatiques — font régresser la question du climat. Même la Chine, qui s’était présentée comme un leader de ce problème, fait étrangement profil bas depuis deux ans, préoccupée par d’autres problèmes. C’est vrai aussi pour d’autres pays où les tensions et les populismes montent, comme en Inde par exemple. Sa situation environnementale et sociale est dramatique, et pourtant, ce n’est pas le problème numéro 1 du président Modi.

  • Propos recueillis par Alexandre-Reza Kokabi

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photo :
. chapô : Le président étasunien, Donald Trump, le 3 novembre, à la Maison Blanche. Flickr (Tia Dufour/CC0)