Au Jardin sans pétrole, le brocoli fait sa généalogie

16 janvier 2016 / Christine Laurent (Reporterre)



La surprise de découvrir l’inflorescence d’un plant de brocoli est l’occasion d’évoquer l’ancêtre unique et sauvage de la famille des choux, qui compte aujourd’hui plus d’un millier de variations.

Le faubourg Saint-Antoine est déjà en proie à la fièvre acheteuse des Parisiens du premier week-end des soldes. Nous roulons vers la gare d’Austerlitz avec presque trois semaines d’épluchures dans nos sacoches. Une occasion de tester l’étanchéité aux odeurs de notre seau ! Il est temps d’apporter au sol ces épluchures dont la qualité biologique ne nous autorisait pas à les mettre à la poubelle.

La lumière est douce, la température clémente, les plantes sont suspendues à l’hypothétique hiver. Les soucis n’en finissent pas de fleurir, tout commela cardamine hirsute, plante compagne spontanée de la mâche. Plus surprenant, sur un plant de brocoli dont les semis datent du printemps dernier, l’inflorescence compacte de petits bouquets serrés attendue en octobre s’est annoncée. Le brocoli, proche cousin du chou-fleur, appartient lui aussi à la famille des crucifères dont la consommation est encouragée pour prévenir toutes sortes de cancer.

JPEG - 112 ko
« Brassica oleracea », le chou sauvage, ancêtre de la plupart des choux. Celui-ci a poussé près d’une falaise dans le nord de l’Angleterre.

Comme la plupart des choux – frisé, pommé, cloqué, rave, à inflorescence –, il descend de l’espèce étonnamment plastique qui porte le nom savant de Brassica oleracea. À l’état sauvage, cette espèce pousse sur les falaises et les dunes des rivages d’Europe. Les diverses régions d’origine ont conduit à des variations au sein même de l’espèce. Les mutations spontanées et la sélection humaine ont fait le reste, conduisant à la diversité des formes qu’on lui connaît et au nombre astronomique de variétés, qui dépasse le millier au début du XXe siècle.

Le brocoli, quant à lui, est originaire du sud de la Grèce mais ce sont les Italiens qui lui ont donné son nom au XVe siècle. Ce que je crois être ses fleurs, les petits « arbres » agglomérés, sont en fait le méristème, terme botanique qui désigne chez les végétaux ce que les cellules souches sont au genre animal, un amas de cellule indifférenciées à partir desquelles vont se former les tiges, les feuilles et les fleurs qui porteront les graines. Mais, impatients et gourmands que nous sommes, nous aurons récolté la boule verte avant.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : DOSSIER : Jardin sans pétrole

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photo : Christine Laurent/Reporterre sauf :
. Brassica oleracea : Wikimedia (MPF/CC BY 2.5)

DOSSIER    Jardin sans pétrole

30 septembre 2016
En agriculture, les micro-fermes ont un très grand avenir
Alternative
29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info
29 septembre 2016
Au Brésil, chaque semaine un défenseur de l’environnement est assassiné
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)