Au jardin sans pétrole - La petite histoire et le grand voyage du coqueret du Pérou

Durée de lecture : 2 minutes

28 novembre 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Le froid subi fait craindre pour la santé de cette plante annuelle originaire d’Amérique latine, dont l’arrivée en France a été motivée par la curiosité.

Coiffés de bonnets et gantés, emmitouflés dans nos parkas, nous pédalons dans la grisaille de novembre jusqu’au jardin. Le froid est arrivé si brusquement ! Il n’a été que de passage, mais le pied de coqueret du Pérou que nous avons planté en mai n’est pas censé supporter le gel. Or, dans la nuit de samedi à dimanche le thermomètre est passé en-dessous de zéro.

Le coqueret du Pérou, en latin Physalis peruviana, est une grande plante annuelle dont les rameaux se couvrent de petites fleurs aux pétales jaunes maculées de pourpre, puis de petits fruits ronds, orangés, qui mûrissent à l’abri d’une cloche végétale et nervurée. Une de ces créations de la nature qui vous laissent admiratif de plaisir. J’avais goûté une confiture de ce fruit lors d’une fête des plantes en pays berrichon, il y a des années, et le goût acidulé ne m’a pas quittée. D’où cette plantation un peu décalée dans le jardin sans pétrole.

Cousine en robe de la tomate cerise

Originaire du Pérou et plus généralement de la chaîne andine, il a été cultivé par les premiers colons du cap de Bonne-Espérance et d’autres pays d’Afrique sud-tropicaux au début du XIXe siècle, puis par ceux de Nouvelle-Zélande, de Tasmanie et d’Australie.

Il n’est arrivé en France que tardivement, cultivé dans un jardin du petit village de Crosnes-en-Essonne, à quelques kilomètres de notre lopin. Auguste Paillieux, industriel renommé dans la production du tulle de coton, était aussi jardinier amateur. À l’heure de la retraite, il créa ce « potager d’un curieux » avec l’intention d’y cultiver des plantes potagères du monde entier (mais surtout des colonies françaises).

Pour se procurer des graines et expérimenter ces nouvelles cultures, il s’était associé à Désiré Bois, éminent botaniste du muséum d’histoire naturelle de Paris et membre de la société d’acclimatation. Ainsi, en 1878, ils reçurent des graines d’un de leurs correspondants de l’administration française, directeur du pénitencier agricole de Dumbéa, en Nouvelle-Calédonie. Ce dernier n’en connaissait pas le nom mais appréciait la saveur des fruits de cette solanée, cousine en robe de la tomate cerise !

Désiré Bois commença son enquête pour identifier ladite plante et découvrir son nom et son origine dans les Mémoires de la société botanique de Cherbourg, décrite par Charles Jouan, un capitaine au long court de Saint-Vaast-la-Hougue…

Elle ne semble pas avoir souffert, pour l’instant, et je ne peux pas faire grand-chose pour lui éviter de prendre froid, si ce n’est de la protéger avec un peu de paille.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : DOSSIER : Jardin sans pétrole

Source : Christine Laurent pour Reporterre

Photo : Christine Laurent/Reporterre
. Chapô : le fruit du coqueret du Pérou est protégé par une coque végétale.

DOSSIER    Jardin sans pétrole

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)