Au jardin sans pétrole - Les mœurs pas banales de l’araignée admirable

Durée de lecture : 2 minutes

30 mai 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Des colonies de petites d’araignées courent partout dans l’herbe à la recherche d’insectes à se mettre sous la dent. Ces Pisaures admirables (Pisaura mirabilis), très efficaces pour assainir le jardin, ont des mœurs pour le moins étonnantes.


Drôle de mois de mai ! La température reste fraîche et la pluie bien rare dans le sud de l’Essonne. Ces petites averses intermittentes ne suffisent pas à maintenir assez d’humidité sous la surface du sol, là où les jeunes racines puisent leur nourriture. Tout pousse tellement lentement.

Seul le cresson alénois semble ne pas être affecté par cette sécheresse printanière. Il faut dire que le Lepidium sativum, nom que Linné lui a donné, est une plante vraiment facile à cultiver, même sur le balcon d’un Parisien peu attentif. Ses graines germent en à peine douze heures et après dix jours, on peut déjà couper les feuilles de cette petite crucifère bourrée de vitamines.

Mélangé avec d’autres salades, ce cresson donne un petit goût piquant délicieux. Selon Alphonse de Candolle, distingué botaniste genevois qui publia en 1888 le célèbre opus intitulé L’origine des plantes cultivées, le cresson alénois est originaire de Perse et s’est répandu dans tout l’Empire romain, en Inde et jusqu’en Abyssinie bien avant la naissance de Jésus Christ.

L’araignée admirable

Suspendu comme un hamac entre deux tiges de graminées, un entrelacs de fils de soie accueille une pouponnière d’araignées (photo chapô). De minuscules têtes d’épingle à huit pattes sorties d’on ne sait où. Ne serait-ce pas une de ces Pisaures admirables (Pisaura mirabilis) que l’on voit courir dans l’herbe à la recherche d’insectes à se mettre sous la dent ? Elle est la plus commune des araignées de notre jardin et quand elle se repose, on peut observer ses pattes de devant rangées par deux.

Cette leçon de chose à l’entrée du jardin nous a donné envie d’en savoir plus sur les mœurs de cet hôte si efficace pour assainir le jardin et si prisé des lézards et des oiseaux.

Pisaura mirabilis

Ils ne sont pas banals ! Pour se reproduire en gardant la vie, le mâle déploie une stratégie unique dans le monde des araignées. Il attrape une proie, l’emmaillote et l’offre à la femelle convoitée. Ainsi tandis qu’elle déguste le cadeau, celui-ci peut s’accoupler en toute simplicité sans risquer de se faire dévorer.

La femelle va ensuite transporter son cocon sous elle, et lors de l’éclosion des jeunes, elle tisse une toile pour abriter et protéger sa grouillante marmaille. On dit qu’elle porte le nom d’admirable parce qu’elle veille sur ses petits jusqu’à ce qu’ils soient autonomes, après leur seconde mue. Nous ne l’avons pas vu. Sans doute la gentille maman a été partie faire un tour !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La cure de jouvence de la grande oseille

Source : Christine Laurent

Photo araignée : Wikipedia (CC)

DOSSIER    Jardin sans pétrole

18 octobre 2019
L’écologie populaire, c’est aussi dans les campagnes
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)