Banlieues : des intellectuels soutiennent le plan Borloo

21 mai 2018 / Des membres de la société civile

Le rapport de Jean-Louis Borloo pour « un changement radical dans la conduite de l’action publique » dans les quartiers populaires a été remis au Premier ministre. Alors qu’Emmanuel Macron doit intervenir sur le sujet demain mardi, les signataires de cette tribune demandent une mise en œuvre « sans réserve » du plan Borloo.

Le 26 avril, Jean-Louis Borloo a remis au Premier ministre le rapport sur la politique de la Ville que lui avait demandé Emmanuel Macron en novembre 2017. Intitulé Vivre ensemble - vivre en grand la République, ce rapport appelle à « un changement radical dans la conduite de l’action publique » dans les quartiers populaires à travers 19 mesures pour « faire revenir la République » dans les quartiers face au « repli identitaire et communautaire ». L’ancien ministre de la Ville demande notamment de relancer la « rénovation urbaine », d’« investir dans la petite enfance », d’« agir fermement pour la sécurité et la justice », de « lutter contre l’illettrisme » et de créer « 200 campus numériques ». Le financement se ferait par la création d’un fonds de plus de 5 milliards d’euros abondé notamment par « la cession des participations de l’État en 2018 » (10 milliards annoncés).


La liste des signataires de cette tribune est la fin du texte.


Jean-Louis Borloo a écouté les acteurs de terrain, longuement. Les programmes concrets qu’il propose, élaborés dans le dialogue, peuvent provoquer la mobilisation nationale qui redonnera tout son sens à notre devise républicaine. Enfin !

Nous sommes fiers et heureux qu’un tel dessein nous soit proposé à tous, citoyens, entrepreneurs, acteurs associatifs, élus et nous voulons que le « plan Borloo » soit mis en œuvre pleinement, rapidement et avec enthousiasme ! Pas de réserves sur les budgets à allouer, pas de débats stériles sur des détails ou sur des manques, pas de querelles de chapelles. Les financements sont possibles : on a su, face à l’urgence mettre des sommes plus considérables dans le renflouement des banques. Avançons vite et ajustons au fur et à mesure les programmes aux réalités.

Certains déjà considèrent que ce sont des dépenses dont nous n’avons pas les moyens. Disons-le haut et fort : il ne s’agit pas d’on ne sait quelle charité publique versée dans un puits sans fond mais bien d’un investissement qui rapportera beaucoup plus qu’il ne coûte ! Oui, un investissement d’avenir qui peut activer le potentiel de créativité et de richesse de 20 % de la population aujourd’hui en marge et stérilisé.

D’autres disent craindre une rupture de l’égalité républicaine quand il s’agit simplement de justice, visant à rétablir un accès de tous aux biens communs que sont l’activité, la santé, la mobilité et la tranquillité publique.

Tout retard de la part de l’État et toute division entre ceux qui peuvent soutenir la démarche seront exploités pour que rien ne change. Le scepticisme est énorme et les crispations de plus en plus fortes. Il y a donc besoin d’un vaste mouvement de soutien à ce projet pour qu’on ne parle pas demain du rapport Borloo mais du déclic Borloo. Les rapports terminent leur vie au fond des tiroirs, les déclics peuvent entraîner de proche en proche des mouvements sociaux d’ampleur.

Nous demandons donc que les programmes proposés par Jean-Louis Borloo soient mis en œuvre sans délai et nous affirmons être prêts à participer à cette mobilisation dans le cadre de nos responsabilités professionnelles et de nos engagements personnels.

  • Signataires :

Michel Adam, essayiste, militant ESS
Catherine André, journaliste
Benjamin Ball, militant société civique
Jérôme Bar, cofondateur d’AequitaZ
Marc de Basquiat, économiste, président de l’AIRE
Jean Baubérot, sociologue
Anne Beaufumé secrétaire du Club des Vigilants
Nicolas Beriot, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts
Yves Berthelot, économiste
Dominique Bourg, philosophe
Malika Brahmi, entrepreneur culturel
Fabienne Brugère, philosophe
Agnès Cabannes, déléguée générale de SoL France
Alain Caillé, animateur des Convivialistes,
Pierre Calame, président honoraire de la FPH
Belinda Cannone, écrivaine
Philippe Chania, sociologue
Maurice Charrier, maire honoraire de Vaulx-en-Velin
Hervé Chaygneaud-Dupuy, innovateur sociétal
Sébastien Claeys, philosophe
Denis Clerc, journaliste
Catherine Colliot-Thélène, philosophe
Gabriel Cohn-Bendit, essayiste
Daniel Cueff, maire
François Dubet, sociologue
Dany-Robert Dufour, philosophe
Danielle Dufour-Coppolani, professeure
Jean-Pierre Duport, ancien préfet
Olivier Favereau, économiste
Anne-Marie Fixot, géographe, société civique
Fabrice Flipo, philosophe
Christophe Fourel, économiste, président des Amis d’Alternatives Economiques
Philippe Frémeaux, journaliste
Laetitia Gourbeille, membre du CA de SoL France
Jean-Marie Gourvil, convivialiste
Arlette Heyman-Doat, professeur de droit public
Emile Hooge, entrepreneur, acteur de l’innovation collaborative
Bruno Lamour, président du collectif Roosevelt
Elena Lasida, sociologue
Armel Le Coz, fondateur de Démocratie ouverte
Jacques Le Goff, juriste
Corinne Lepage, ancien ministre
Didier Livio, entrepreneur, ancien président du CJD
Pierre-Olivier Monteil, philosophe
Yann Moulier-Boutang, économiste
Corine Pelluchon, philosophe
Alfredo Pena-Vega, sociologue
Bernard Perret, économiste
Marie-Monique Robin, journaliste
Guy Roustang, économiste
Hugues Sibille, président du labo de l’ESS
Robert Spizzichino
Bernard Stiegler, philosophe
Roger Sue, sociologue
André Teissier du Cros, président du Comité Bastille
Florent Trocquenet-Lopez, écrivain
Bruno Viard, professeur de littérature
Patrick Viveret, philosophe
Armelle Weisman, administratrice Réseau Entreprendre Paris
Jean-Pierre Worms, cofondateur du collectif Pouvoir d’agir.





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Les pauvres sont les premières victimes de la pollution

Source : Courriel à Reporterre

Photo :
. chapô : Le quartier Les Larris, à Fonternay-sous-Bois (Val-de-Marne). © NnoMan/Reporterre 

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    Ecologie et quartiers populaires

19 octobre 2018
La construction en paille est-elle pérenne ?
Une minute - Une question
18 octobre 2018
Quelles entreprises françaises continuent d’investir dans le charbon ?
Une minute - Une question
19 octobre 2018
« Wine Calling », l’appel des vins nature
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Ecologie et quartiers populaires