Faire un don
84455 € récoltés
OBJECTIF : 120 000 €
70 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

CHRONIQUE - La nature n’a pas de morale

Durée de lecture : 4 minutes

17 février 2015 / Corinne Morel Darleux

Douleur et consternation, un jeune est mort sur le Vercors. « La nature ne connait pas de morale (...) Mais je crois qu’il existe des drames sans coupables et que parfois face à l’indicible, la meilleure chose à faire est de s’occuper des vivants. Et de savourer chaque moment. »

Le Diois est une vallée tissée de montagnes et de rivières. Un lieu où les courageux, et tous ceux qui ont besoin de dépenser de l’énergie autrement qu’en allumant un ordinateur, courent dès qu’ils ont un instant enfourcher leur vélo, attacher leurs skis, sauter dans un kayak, explorer des grottes, escalader des falaises, partir en rando, s’enfoncer en spéléo. Chaque saison a ses activités de plein air, même l’hiver, et il n’y a guère que moi pour rester calfeutrée au coin du feu.

Drame sur le Vercors

Dans un environnement pareil, rien d’étonnant à ce que le lycée du Diois ait été le premier en 1985 à ouvrir une section « sport-nature » unique en France. 90 élèves font ainsi chaque année du plateau du Vercors et des cours d’eau avoisinants leur terrain d’entrainement tout en préparant leur Bac. Fin mai, nous fêterons les trente ans de cette section.

Mais cette année la célébration sera endeuillée. Fin janvier, un jeune de Terminale est mort sur le Vercors. Il venait d’avoir 17 ans.

J’étais en session régionale à Lyon quand on l’a appris. En plein hémicycle, le président de région a pris la parole pour annoncer qu’il y avait eu un accident mortel sur le Vercors, impliquant des lycéens de Die, où est mon fils. Je me suis précipitée hors de l’hémicycle pour appeler chez moi, glacée. Tout ce qui a suivi est nimbé d’un brouillard de douleur, de tristesse et de pluie. J’ai pensé à ses parents et à ses amis une grande partie de la nuit.

Le lendemain nous nous sommes rendues avec la vice-présidente au lycée, un aller-retour plein de douleur. Devant le portail, nous avons contourné quelques journalistes égarés, déplacés en ce lieu. Nous avons croisé dans la cour du lycée des regards rougis par les larmes, un autel improvisé, éclairé de bougies. Puis avons retrouvé dans le bureau du proviseur, autour du recteur et des professionnels, la sous-préfète mais aussi le maire, le conseiller général, le président de la communauté de communes, l’adjoint à la Jeunesse...

Tous émus et graves, parlant peu, hésitant presque à s’asseoir. Tous venus spontanément pour aider, et ayant peur de déranger au milieu d’une équipe enseignante et médicale affairée et effondrée. Nous avons, à quelques-uns, accueilli le retour des gamins qui étaient restés passer la nuit là-haut avec leurs accompagnateurs.

Un comité d’accueil institutionnel, pour respecter le protocole de la cellule psychologique. Mais diable ! Comme c’était étrange et décalé. Nous avons assuré de notre soutien tous ceux qui étaient présents, touchés de plein fouet. Un soutien symbolique, avec comme un sentiment d’un peu vain. Et puis nous sommes repartis et avons laissé les professionnels faire leur travail d’accompagnement, les lycéens retrouver leurs proches et leur maison.

J’écrivais il y a quelques semaines que les lycéens du Diois trépignaient en attendant la neige pour aller skier sur le Vercors. En y repensant... J’en ai amèrement maudit l’ironie, ce jeudi matin là, en voiture vers Die.

Projet scolaire singulier

Mais si j’écris aujourd’hui à ce sujet, je m’en voudrais de ne pas témoigner aussi du projet scolaire singulier qui en a été la toile de fond malheureuse. Axé sur le déplacement des jeunes dans une nature préservée, l’enseignement de la section sport-nature repose sur trois piliers : explorer, comprendre et connaître les milieux naturels.

- Source : Lycée Sport-Nature du Diois -

Les lycéens viennent de partout en France suivre cette formation, beaucoup sont internes, très soudés. Et il s’est développé au fil des années comme un esprit de famille, construit sur des valeurs communes de coopération, vitale en montagne, de goût de la liberté, d’une connaissance éclairée des risques et d’un même amour de la montagne.

Suite au drame, de nombreux anciens élèves ont marqué leur tristesse, leur soutien et leur attachement à la section sport nature du lycée du Diois. Et... J’aimerais qu’on ne l’oublie pas.

La montagne tue parfois. Beaucoup cette année. Toujours terriblement trop. Et je me suis surprise à en vouloir au Vercors, stupidement. La nature ne connait pas de morale, et je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé là-haut. Mais je crois qu’il existe des drames sans coupables et que parfois face à l’indicible, la meilleure chose à faire est de s’occuper des vivants. Et de savourer chaque moment.

Alors nous sommes partis au ski, prudemment. Sur une autre montagne. Pour laisser faire le temps.



Lire aussi : Les chroniques de Corinne Morel Darleux

Source et photos : Corinne Morel Darleux pour Reporterre

Corinne Morel Darleux est coordinatrice des assises de l’écosocialisme et conseillère régionale Front de gauche Rhône Alpes. Son blog : Les petits pois sont rouges.

DOSSIER    Chroniques de Corinne Morel Darleux

25 juin 2019
La 5G ignore les enjeux écologiques
Enquête
26 juin 2019
Total : au service des actionnaires, au mépris du climat
Tribune
25 juin 2019
Contre la canicule, l’habitat bioclimatique
Info


Dans les mêmes dossiers       Chroniques de Corinne Morel Darleux





Du même auteur       Corinne Morel Darleux