Chronique du jardin sans pétrole - Pour éloigner le rat taupier, il faut inviter la chouette

Durée de lecture : 2 minutes

18 avril 2015 / Christine Laurent (Reporterre)

Les cerisiers fleurissent, mais pourquoi les pois mange-tout ne sont-ils pas sortis ? Une rapide enquête met à jour un réseau de galeries. Le campagnol, redoutable herbivore qui consomme chaque jour son poids en racines, a frappé...

Les cerisiers commencent à fleurir. Mais pas d’abeilles, ni même de bourdons dans les parages. Il faut dire que la température qui plafonne à 12 degrés n’incite pas à la promenade...

Le ciel est gris et le crachin menace. De la semaine, il n’est pas tombé une goutte d’eau et c’est maintenant que nous sommes là pour arroser qu’il se met à bruiner. Nous nous mettons à l’abri et regardons le gigantesque arrosoir du ciel recommencer ce que nous avons patiemment arrosé vingt litres par vingt litres, sur les fraisiers, les pieds de rhubarbe et les semis.

Les cerisiers fleurissent

Redoutable herbivore

Pourquoi les pois mange-tout ne sont-ils pas sortis ? Seuls quelques-uns ont germé, poussant difficilement, leurs premières feuilles ayant déjà été dévorées. Je gratte un peu la terre, mais ne trouve pas de traces de nos pois. J’inspecte la rangée et découvre l’entrée d’une galerie. Le sous-sol des buttes en abrite tout un réseau et jusque-là nous n’avons pas eu à déplorer la présence des petits rongeurs qui y habitent. Leurs forfaits se sont limités à de menus larcins : racines de choux ou de salades.

Cette fois, on dirait bien que des campagnols ont dévoré toute la rangée de pois gourmands ! Je suis d’autant plus dépitée qu’il est bien tard pour faire de nouveaux semis. Et inquiète pour la suite. Le campagnol, dit rat taupier, Arvicola terrestris, est un redoutable herbivore qui consomme chaque jour son poids en racines ! Ses préférences vont aux racines charnues comme celles des pissenlits ou des légumineuses

Comment les tenir éloignés ? Arroser avec du purin de sureau dont l’odeur les incommode ? Essayer d’attirer une chouette dans le jardin en installant un abri ? Sans doute, devrions-nous faire les deux car les poisons n’ont pas leur place ici, et en venir à mettre des pièges tout de même !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Chronique du jardin sans pétrole - La magie du printemps opère

Source et photos : Christine Laurent pour Reporterre

DOSSIER    Jardin sans pétrole

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole





Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)