Je fais un don
OBJECTIF : 55 000 €
25951 €   COLLECTÉS
47 %

Climat : il n’y a pas que le CO2 ! Il faut aussi penser à l’eau...

15 mai 2017 / Judith D. Schwartz et Daniel Hofnung



S’éloigner des énergies fossiles est la solution communément admise pour lutter contre le changement climatique. Or, expliquent les auteurs de cette tribune, il existe d’autres facteurs climatiques que le volume de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Ainsi, le rôle de l’eau est essentiel — à travers les végétaux, notamment.

Judith D. Schwartz est journaliste. Elle est l’auteure de Water in Plain Sight.
Hope for a Thirsty World
(non traduit en français). Cette tribune est une adaptation de son article paru dans le quotidien britannique The Guardian, le 3 avril. La traduction et l’adaptation ont été assurées par Daniel Hofnung, de la Coordination eau Île-de-France.


Dans une conférence, l’auteure d’origine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie a introduit le concept d’« histoire unique » : la tendance à embrasser de manière non critique une vérité communiquée. Elle faisait référence aux récits sociaux et ethniques. Mais ce concept d’« histoire unique » et ses risques inhérents de limiter la perspective s’appliquent également à d’autres raisonnements. En passant à une histoire plus complexe et à facettes multiples, nous pouvons envisager des solutions qui reflètent mieux les réalités du climat et la façon dont le monde naturel gère la chaleur.

Dans notre caractérisation du changement climatique, l’« histoire unique » dit ceci : le changement climatique est le réchauffement climatique causé par l’excès de CO2 dans l’atmosphère en raison de la combustion des combustibles fossiles. Nous arrêterons le changement climatique en faisant la transition vers les énergies renouvelables. Il s’agit certainement d’un aspect clé du problème, et nous devons absolument nous éloigner des combustibles fossiles.

Cette façon de voir pose plusieurs problèmes : si nous pouvions rapidement réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro, en raison de l’inertie du système, il faudrait un siècle pour revenir à la normale. De plus, même avec de l’énergie solaire ou des voitures électriques, nous pourrions encore avoir des extrêmes climatiques et un temps déréglé.

« Les plantes gèrent l’eau. Et en gérant l’eau, elles gèrent la chaleur » 

Le climat n’est pas fonction d’une seule origine ; ce n’est pas une histoire unique. Et c’est là que nous pouvons trouver des solutions. Face à une situation environnementale, il peut être utile de se renseigner sur la façon dont la nature a abordé des scénarios similaires. Dans l’Ouest américain, comment la nature se prémunit-elle contre les incendies de forêt ? Les castors ont créé des zones humides et ont agi comme des « amortisseurs » qui ont réduit au minimum les risques d’incendie. De même, lorsque nous demandons ce qui maintient notre climat, la réponse est l’eau.

Une fois que nous comprenons comment circule l’eau — et comment l’eau se combine avec des facteurs que nous pouvons influencer, tels que l’utilisation des terres et la couverture végétale —, nous pouvons aider à restaurer les processus qui soutiennent l’équilibre thermique et énergétique et donc maintenir notre climat.

Par quel moyen ? L’évapotranspiration des plantes, qui leur fait évaporer de l’eau tout en refroidissant l’environnement. Ainsi, selon le botaniste tchèque Jan Pokorný, un arbre de bonne taille représente trois fois la puissance de climatisation d’une chambre d’un hôtel cinq étoiles. Pour Peter Andrews, agriculteur et auteur en Australie, « les plantes gèrent l’eau. Et en gérant l’eau, elles gèrent la chaleur ». Or, nous avons détruit la végétation sur un quart de la planète et supprimé la plupart de nos forêts naturelles.

Lorsque nous marchons sur un trottoir exposé au soleil, il rayonne sur ce sol nu, qui en absorbe l’énergie, devenant la chaleur que vous ressentez. Baladez-vous maintenant sur une belle prairie avec un tapis de graminées. Les plantes transpirent, la chaleur est transformée en chaleur latente, sous forme de vapeur d’eau.

La façon dont le sol est utilisé joue sur ses émissions thermiques 

Il n’y a rien de magique dans tout ceci : à travers l’histoire humaine, la modération climatique provient d’écosystèmes fonctionnels. Il est important de réaliser que nous pouvons restaurer les écosystèmes et retrouver la dynamique d’un équilibre de la chaleur et de l’eau. Plus de plantes signifie plus de photosynthèse, donc plus de carbone stocké dans le sol, où il ajoute la fertilité. Chaque augmentation de 1 % du carbone organique dans le sol représente 250.000 litres d’eau en plus par hectare qui peuvent être absorbés par le sol ; plus l’eau est maintenue sur place, plus il y a de résilience aux inondations et à la sécheresse.

La façon dont le sol est utilisé — sol nu, artificialisé, ou végétation — joue sur ses émissions thermiques. On ne doit donc pas lier le changement climatique à un élément unique. Permettez-moi dès lors d’introduire une autre définition du changement climatique : « Manifestations de perturbations des cycles du carbone, de l’eau et de l’énergie. » Cela ne contredit pas l’« histoire unique » fondée sur le carbone et les combustibles fossiles, mais l’élargit en créant des possibilités au-delà de la lutte contre les intérêts des combustibles fossiles.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Politiques du climat : n’oubliez pas l’eau !

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos :
. chapô : Pixabay (CC0)
. plantes : Unsplash (pawel blazewicz/CC0)

DOSSIER    Eau, mers et océans

THEMATIQUE    Climat
12 décembre 2017
À Forcalquier, Christophe Castaner promeut un supermarché destructeur de terres agricoles
Info
12 décembre 2017
« One planet summit », ou quand la politique fait faillite devant la banque
Edito
11 décembre 2017
Pour le créateur de l’avion solaire, « il n’y a aucune urgence à construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes » 
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Climat