Climat : n’attendons pas les États, agissons localement !

19 décembre 2017 / Alternatiba/ANV-COP21 et Réseau Action Climat

De COP en One Planet Summit, les États semblent incapables de répondre à l’urgence climatique. En revanche, expliquent les auteurs de cette tribune, les territoires, les villes, les régions… se mobilisent. Les moyens d’agir existent à l’échelle locale. Alternatiba et le Réseau action climat ont mis en place des structures pour accompagner les citoyens qui voudraient s’en emparer en 2018.

Sécheresses record dans la Corne de l’Afrique, ouragans majeurs aux États-Unis et dans les Caraïbes, mais aussi incendies, tempêtes et érosion des côtes en France… L’année 2017 n’a pas manqué de nous rappeler que les dérèglements climatiques sont déjà à l’œuvre ! Face à cette urgence, les engagements pris par les États du monde entier à la COP21 sont dramatiquement insuffisants. La décision de Donald Trump de sortir les États-Unis de l’Accord de Paris a fragilisé la dynamique politique sur les changements climatiques, et la COP23 a révélé la grande difficulté des autres États à prendre le relais pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de la barre des 2 °C et de tendre vers 1,5 °C. Le One Planet Summit qui s’est tenu le 12 décembre à Paris a été encore une occasion ratée par la France de prendre des engagements concrets amorçant la transition écologique. Mais une autre voie que celle des sommets internationaux et des négociations des États s’offre à nous : celle de nos territoires.

En 2005, alors que George W. Bush avait révoqué la signature du protocole de Kyoto par les États-Unis, plusieurs centaines de maires signaient l’United States Mayor’s Climate Protection Agreement (Accord des maires des États-Unis pour la protection du climat), dans lequel ils et elles s’engageaient à diminuer les émissions de gaz à effet de serre de leurs communes selon les exigences du protocole de Kyoto. Cet exemple de prise de responsabilités à l’échelle locale n’est pas un cas isolé. Dans des réseaux internationaux tels que Énergie Cités, ICLEI [Conseil international pour les initiatives écologiques locales] ou le C40, des villes à travers le monde coopèrent pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et pour limiter les risques liés au dérèglement climatique. Un nombre considérable de ces villes se trouvent dans des États qui ne montrent que peu d’ambition pour la protection du climat.

Les collectivités ont la responsabilité indirecte de 50 % des émissions de gaz à effet de serre

L’engagement des communes est d’autant plus intéressant qu’au-delà du symbole, elles ont un réel potentiel. En effet, selon le dernier rapport du Giec [Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat], 50 à 70 % des leviers d’action contre le dérèglement climatique se trouvent au niveau local. Sous peine d’être vides de sens, les engagements des États devront donc non seulement se matérialiser par des décisions politiques nationales fortes, mais surtout se concrétiser dans les territoires. En effet, les collectivités territoriales ont une responsabilité directe dans 15 % des émissions de gaz à effet de serre nationales, via leurs bâtiments par exemple. Et si l’on tient compte de leurs décisions en matière d’aménagement, de transports, de bâtiments, d’installation d’énergies renouvelables, etc., les collectivités ont une responsabilité indirecte sur jusqu’à 50 % de ces émissions. Les échelles locales, et plus précisément les collectivités territoriales, sont donc un terreau particulièrement fertile pour accélérer la transition écologique et sociale. À cela s’ajoute que, depuis peu, les collectivités territoriales françaises disposent aussi des outils nécessaires pour mener à bien la transition écologique.

La France a adopté en août 2015 la loi de Transition énergétique pour la croissance verte et le troisième volet de la réforme territoriale s’est également achevé à l’été 2015. Ces deux textes sont le résultat de débats parlementaires qui ont parfois tronqué l’ambition initiale, mais leur croisement fait apparaître de nombreuses possibilités d’action en faveur du climat dans les politiques publiques locales. Ainsi, ils enclenchent une généralisation progressive des plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET). D’ici au 31 décembre 2018, toutes les intercommunalités de plus de 20.000 habitant·e·s — soit plus de la moitié de nos territoires — devront avoir réalisé une planification de leurs actions en faveur du climat. Concrètement, cela signifie repenser l’aménagement de nos villes et villages afin de sortir de la dépendance à la voiture et préserver nos sols, replacer les mobilités douces au cœur de nos déplacements, développer les énergies renouvelables, isoler nos logements, proposer une alimentation bio, locale et moins carnée dans nos cantines et restauration collective… autant de mesures qui pourraient générer 220.000 emplois nets en 2020 [1] !

Cependant, ces outils présentent des possibilités, pas des obligations. Leur efficacité pour accélérer la transition dépendra fortement de l’usage qui en sera fait. C’est le cas par exemple des « zones à circulation restreinte » : ce dispositif est l’une des cartes à jouer dans la main des élu·e·s, encore faut-il disposer d’une bonne dose de volonté politique pour l’utiliser. Reste donc aux acteurs des territoires, élu·e·s, technicien·ne·s mais aussi citoyen·ne·s à se les approprier.

 Ces sujets semblent complexes pour la plupart des personnes

Si l’on veut que les collectivités territoriales utilisent les nouveaux outils qu’elles ont à leur disposition, il est primordial que les habitant·e·s s’en emparent. À l’inverse des questions traitées lors des sommets internationaux, les domaines auxquels touchent les plans climat, par exemple, ont un lien direct avec la vie quotidienne : limiter la place de la voiture en ville pour respirer de nouveau, favoriser des filières agricoles bas carbone pour se nourrir sainement en préservant la planète, développer des énergies renouvelables et créer de l’emploi non délocalisable… Pour les citoyen·ne·s engagé·e·s, c’est l’occasion de passer de l’engagement individuel à des projets de territoire et ainsi, de faire changer d’échelle les alternatives. Concrètement, cela peut permettre de passer du choix de réduire sa consommation de viande à titre individuel ou de créer une Amap avec d’autres personnes à mettre en place l’approvisionnement en nourriture locale, bio et moins carnée pour les cantines d’une collectivité.

En effet, pour les plans climat, une consultation publique en amont de leur adoption est obligatoire. Avant cette consultation publique, il est aussi possible (et souhaitable !) que les citoyen·ne·s coconstruisent ces politiques publiques en s’impliquant dans les processus de concertation parfois proposés par les élu·e·s : c’est l’occasion de porter auprès des responsables des propositions d’alternatives à concrétiser au plus près des citoyen·ne·s.

Manifestation pour la justice climatique, à Paris, le 12 décembre 2015.

Si les plans climat des intercommunalités changent concrètement notre quotidien, si leur construction est souvent proposée à la concertation, il n’en reste pas moins que ces sujets semblent complexes pour la plupart des personnes : technicité, acronymes, processus de concertation avec des horaires de réunions parfois inadaptés… En 2018, Alternatiba et le Réseau action climat proposent aux citoyen·ne·s de les accompagner dans cette implication : formation, outils ou encore mise en réseau entre personnes volontaires permettront à tout un chacun de s’intéresser de près aux actions de nos élu·e·s.

S’impliquer dans la transition écologique de nos territoires permet d’accélérer la création d’une société 100 % renouvelable et résiliente, mais aussi de redonner ses lettres de noblesse à la politique : celle qui construit un avenir climato-compatible et se joue au quotidien en incluant les citoyen·ne·s, et non pas celle qui peine à les mobiliser aux urnes.





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Selon une étude du Cired, l’application du scénario négaWatt créerait 220.000 emplois nets en 2020 et 632.000 emplois nets en 2030… emplois nets signifiants emplois créés moins emplois détruits !


Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. chapô : au Camp Action climat d’août 2017 (© Laury-Anne Cholez/Reporterre
. manifestation : © Romain Guédé/Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    Alternatiba

THEMATIQUE    Climat
24 septembre 2018
Mobilisation dans la Loire contre une autoroute destructrice, l’A45
Reportage
17 octobre 2018
La science confirme le lien entre changement climatique et pluies extrêmes
Tribune
18 octobre 2018
Quelles sont les entreprises françaises qui continuent à investir massivement dans le charbon ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Alternatiba



Sur les mêmes thèmes       Climat