Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
60037
COLLECTÉS
50 %

Cohn-Bendit préfère Stiglitz et Krugman à Kempf

10 mars 2010 / Gérard Andrieu

Réussir à situer le leader d’Europe écologie sur l’échiquier politique est périlleux. Pour y voir plus clair, peut-être faut-il s’intéresser à ceux qu’ils citent en référence…

Où crèche Daniel Cohn-Bendit ? Dans quel camp le leader d’Europe écologie a-t-il posé ses valises politiques ? C’est l’éternelle inconnue. Invité mardi 9 mars de France Inter , DCB a fustigé Nicolas Sarkozy (« Le représentant de l’écologie cynique »), tendu la main à ceux qui « voulaient changer la donne contre le bipartisme » (les électeurs du MoDem) et taclé le PS (pas foutu, dit-il, de mettre en place une « coordination nationale des politiques régionales » depuis qu’ils sont à la tête des exécutifs locaux). Mais dans le même temps, Daniel Cohn-Bendit rappelle qu’il propose au Parti socialiste, pour le second tour, « un partenariat de gestion ».

Plus instructif finalement pour réussir à placer sur l’échiquier politique le très volatil Cohn-Bendit, se pencher sur les personnalités à qui il se réfère. En réponse par exemple à une auditrice qui citait Hervé Kempf, auteur de Comment les riches détruisent la planète et dont la thèse consiste à dire qu’il est impossible de résoudre la crise écologique sans s’attaquer aux racines d’une autre crise, la crise sociale, DCB, lui, préfère citer Joseph Stiglitz et Paul Krugman. Le premier, Prix Nobel d’Economie, a conseillé Bill Clinton. Le second, lui aussi Prix Nobel, est un célébrissime éditorialiste du New York Times qui a vu certains de ses travaux servir de bases au programme économique de Bill Clinton lors de la campagne de 1992. On y voit plus clair : Cohn-Bendit, en fait, est clintonien ! Cohn-Bendit est un démocrate — ça on le savait — mais américain !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Voulez-vous sortir du capitalisme ?

Source : Marianne

THEMATIQUE    Politique
1er juin 2018
Les fermes-usines se multiplient en France, favorisées par la réglementation
Info
18 juin 2018
Les « mauvaises herbes » de la Zad créent d’autres mondes
À découvrir
31 mai 2018
Linky, le compteur qui observe la vie privée des gens
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Gérard Andrieu