Comment agir face au changement climatique ? Le débat

Durée de lecture : 4 minutes

16 novembre 2017 / Alexandre Lemaire (Reporterre)

La catastrophe climatique semble bousculer les possibilités mêmes de l’action. Politis et Attac France ont organisé une soirée pour y réfléchir. Les mots du débat ? « Effondrement », « dictature verte », « imaginaire mobilisateur », « migrations climatiques », « fossiles et patricarcat ». Reporterre y était : écoutez Txetx Etcheverry, Christophe Bonneuil, François Gemenne, Hervé Le Treut, Marie Toussaint, Victoire Guillonneau.

  • Paris, reportage

Visant à réhabiliter auprès du grand public les possibilités d’action et de discours en matière d’écologie, la soirée « La catastrophe climatique, un défi pour l’imagination, un défi pour l’action » était organisée à Paris le 10 novembre par le journal Politis et Attac. Elle aura permis une réappropriation des grands enjeux du sujet : politiques, juridiques, scientifiques, sociaux, économiques…

Les introductions de Geneviève Azam, porte-parole d’Attac, et de Pablo Solòn, ancien ambassadeur climat de la Bolivie aux Nations unies, ont posé les jalons des débats qui suivirent.

Déni et inadaptation de nos institutions, banalisation et optimisation économique des risques… Les premières lignes de présentation soutenues par Geneviève Azam ont été suivies par la prise de parole ovationnée de Pablo Solòn sur les interdépendances entre crises économique, sociale et écologique. Dès lors, la place aux débats fut donnée à quatre binômes, autour de questionnements bien distincts.

« Inscrire l’écocide comme le cinquième crime parmi les plus graves au sein des statuts de la Cour pénale internationale » 

Hervé Le Treut, climatologue et directeur de l’Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL), et Txetx Etcheverry, cofondateur de Bizi ! et d’Alternatiba, ont, dans un premier débat, discuté la question : « Comment se saisir de l’alerte scientifique ? »

Hervé Le Treut (à gauche) et Txetx Etcheverry (au milieu).

L’occasion pour le premier de soupeser le risque d’une « dictature verte » et de revenir sur l’objectif de l’Accord de Paris de maintenir l’augmentation mondiale sous le seuil des 2 °C ; marqueur qu’il a ainsi qualifié d’« incertain » sur un plan scientifique mais qui, de fait, sans « dicter de politique », permet d’« objectiver les débats ».

Hervé Le Treut - Le rôle des deux degrés.
Hervé Le Treut - Qu’est-ce que la « dictature verte » ?

Txetx Etcheverry juge quant à lui que les arguments ne peuvent pas être seulement rationnels, mais que l’émotionnel joue son rôle. Il plaide pour que n’interviennent pas dans le débat seulement des scientifiques ou des économistes, mais aussi des « psychologues, anthropologues, spécialistes des mouvements sociaux, militants ». L’enjeu, pour lui, est de créer un « imaginaire mobilisateur » : pour cela, il faut créer des communautés de territoires, de destin, « où les gens se sentent embarqués ».

Txetx Etcheverry - Vers une communauté de destin.

À leur suite, Christophe Bonneuil, historien des sciences, chargé de recherche au CNRS, secondé par Marie Toussaint, juriste et présidente de Notre Affaire à tous, se sont occupés à « penser l’effondrement pour agir et habiter la Terre ». Une discussion au terme de laquelle la nécessité d’une justice climatique est ressortie pour pallier l’idée d’une « gentrification climatique ».

Marie Toussaint et Christophe Bonneuil.

Si Christophe Bonneuil a alors confié au micro de Reporterre ce que serait sa vision d’un « effondrement », Marie Toussaint a porté le besoin d’« inscrire l’écocide comme le cinquième crime parmi les plus graves au sein des statuts de la Cour pénale internationale ».

Christophe Bonneuil - Penser l’effondrement.
Marie Toussaint - Vers une reconnaissance juridique de l’écocide.
Marie Toussaint - Inadéquation entre communs planétaires et inégalités économiques.

« Un dérangement profond des cadres de pensée sur lesquels repose l’organisation du monde » 

Vint ensuite la question des migrations climatiques, analysées par François Gemenne, géopolitologue et directeur exécutif du programme de recherche interdisciplinaire « Politiques de la Terre » à Sciences Po, et Christel Cournil, maitresse de conférence en droit public. Pour eux, les migrations sont les « symptômes d’un grand dérangement ». Il ne faut pas distinguer migrations économiques et climatiques, mais les penser comme un phénomène unique.

François Gemenne.

Interpellé sur cette notion de « grand dérangement », François Gemenne s’est alors chargé d’en préciser l’idée : « Il s’agit d’un dérangement profond des cadres de pensée sur lesquels repose l’organisation du monde d’aujourd’hui. Et je crois qu’actuellement l’anthropocène met en cause toute une série de concepts fondamentaux à partir desquels on a organisé le monde : les concepts de frontière, de puissance, de territoire, d’État nation, et par-dessus tout de souveraineté nationale. Si nous ne remettons pas en cause ces cadres de pensée, nous ne serons pas capables de comprendre et d’affronter les enjeux de l’anthropocène. »

François Gemenne - Qu’est-ce que le « grand dérangement » ?
François Gemenne - Migrations, symptôme du « grand dérangement »... et vice versa.

Enfin, Maxime Combes, économiste et militant d’Attac pour la justice climatique, et Victoire Guillonneau, chargée de mobilisation pour 350.org et le Crid (le Centre de recherche et d’information pour le développement), sont venus clore les débats, en soulignant la nécessité de cesser l’exploitation des ressources fossiles.

Pour Victoire Guillonneau, patriarcat et extractivisme sont liés. C’est de là que « naissent toutes les violences de notre société ».

Victoire Guillonneau - Faire converger les luttes.
Victoire Guillonneau - Du lien entre patriarcat et extractivisme.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : L’effondrement de notre civilisation est une bonne chose

Source : Alexandre Lemaire pour Reporterre

Photos : Michel Soudais/Politis
. chapô : Pixabay



Documents disponibles

  Hervé Le Treut - Qu’est-ce que la « dictature verte » ?   Hervé Le Treut - Le rôle des deux degrés.   François Gemenne - Qu’est-ce que le « grand dérangement » ?   François Gemenne - Migrations, symptôme du « grand dérangement »... et vice versa.   Christophe Bonneuil - Penser l’effondrement.   Marie Toussaint - Inadéquation entre communs planétaires et inégalités économiques.   Txetx Etcheverry - Vers une communauté de destin.   Marie Toussaint - Vers une reconnaissance juridique de l’écocide.   Victoire Guillonneau - Du lien entre patriarcat et extractivisme.   Victoire Guillonneau - Faire converger les luttes.
THEMATIQUE    Climat Culture et idées
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?


Sur les mêmes thèmes       Climat Culture et idées





Du même auteur       Alexandre Lemaire (Reporterre)