DOSSIER : La Grèce tourne la page

Durée de lecture : 2 minutes

27 janvier 2015

La Grèce revient dans les radars des médias. La cause ? Les élections du 25 janvier, qui pourraient ébranler l’Europe des néo-libéraux. La classe dirigeante craint la victoire du parti de gauche Syriza, qu’espèrent au contraire partis de gauche et écologistes.

A l’automne dernier, Reporterre s’est donné deux semaines pour aller voir les Grecs. Aller s’asseoir à la terrasse d’un « kafeneio » pour écouter leurs histoires, leur quotidien, leurs indignations et leurs espoirs. Ils nous ont raconté que quand ils ne sont pas au chômage, leur salaire a diminué d’au moins un tiers. Un tiers, c’est aussi la proportion d’entre eux qui n’ont plus de couverture sociale. Certains ont découvert l’angoisse du frigo vide et de la soupe populaire.

Et du côté de l’écologie ? Ce n’est pas brillant, on vous prévient.


- Voir la carte interactive de Reporterre sur la Grèce ici

- « Le programme de Syriza est beaucoup plus écolo que celui de la droite et des socialistes », Entretien avec Orestes Kolokourismardi 27 janvier 2015.

- l’espoir est revenu, Syriza a gagné, Julien Bayou, 26 janvier 2015.

- Syriza et l’écologie : peut mieux faire, beaucoup mieux, Marie Astier (Reporterre), 23 janvier 2015.

- Un Notre-Dame-des-Landes résiste aux portes d’Athènes, Marie Astier (Reporterre), 22 janvier 2015.

- « Au nom de la croissance, on détruit l’environnement » : à Vovousa, un projet hydraulique au beau milieu du Parc national, Marie Astier (Reporterre), 20 janvier 2015.

- Les promoteurs de la mine d’or de Skouries font la guerre aux hommes et à la nature, Marie Astier (Reporterre), 19 janvier 2015.

- On transforme un camp militaire en potager collectif, Marie Astier (Reporterre), 13 janvier 2015.

- Rendons-leur la démocratie !, 5 janvier 2015.

- Une expérience autogérée au cœur de Thessalonique, Marie Astier (Reporterre), 15 décembre 2014.

- Athènes, dans le café anarchiste qui construit une société nouvelle, Marie Astier (Reporterre), 11 décembre 2014.

- Les capitalistes privatisent sauvagement la nature, Marie Astier (Reporterre), 10 décembre 2014.

- Pourquoi êtes-vous contre le traité TAFTA ?, Sissy Vovou, 14 octobre 2014.

- Des jeunes inventent leur mode de vie, Juliette Kempf (Reporterre), 10 février 2014

- A Athènes, des jeunes redécouvrent les maisons d’argile, Juliette Kempf (Reporterre), 26 août 2013.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

Photo : Manifestation de femmes de ménage du ministère de l’Intérieur licenciées après la privatisation de leur travail (octobre 2014 à Athènes) (Marie Astier).

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative