Dans le métro parisien, des nez rouges contre la peur

Durée de lecture : 2 minutes

17 novembre 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Ils descendent dans le métro parisien affublés du nez rouge caractéristique. Les clowns de la compagnie Solstice vont à la rencontre des voyageurs pour « provoquer l’ouverture » des cœurs et des visages. Depuis les attentats de vendredi, croiser leur chemin aide aussi à conjurer la peur.

« Bonsoir Madame, je m’appelle Saucisse, j’ai passé une belle journée et je vous aime. » Dans le métro parisien, hier soir, des sourires s’esquissent. Un monsieur aux yeux bleus pétillants et aux cheveux grisonnants vient d’entrer dans la rame, station Hôtel-de-Ville. Avec lui, deux comparses, tous dotés d’un attribut étrange : un nez rouge.

Daniel : « Bonjour, je m’appelle Saucisse »

Ils serrent les mains, entonnent « Mon beau sapin, roi des forêts », offrent des ballons en forme de cœur. Bref, ils distribuent de l’amour. Daniel, Guillaume et Angélina se rendent régulièrement dans les souterrains de la capitale pour dérider les passagers et « provoquer l’ouverture ».

Angélina, qui travaille à Reporterre, offre des sourires aux voyageurs

Mais ce lundi soir est particulier. Plusieurs clowns assidus ont renoncé à venir, « à cause des événements de vendredi ». Sur la ligne 1, direction La Défense, les visages sont fermés et les regards fixés sur les écrans des téléphones. « C’est difficile d’entrer en relation avec les autres, car je me sens moi-même très affectée », explique Angélina. « Les énergies sont vers le bas », confirme Daniel, comédien et consultant en maïeutique, « l’art d’accoucher de soi-même ».

« Merci, c’est super ce que vous faites »

Convaincu que rire est un besoin aussi essentiel que manger ou respirer, il cherche à « rendre visible l’amour ». Sa compagnie se nomme [Solstice->http://compagnie-solstice.net/stagesrire.htm) et propose aussi des stages de yoga du rire. Ses outils ? Un nez rouge, quelques respirations profondes, un sourire « naturel » et des mots simples. « Dire bonjour et bonsoir aux inconnus, c’est du savoir-être que nous avons perdu, c’est s’adresser à l’humanité qui est en chacun de nous. »

Guillaume : « Rendre visible l’amour »

Il s’avance vers un jeune homme en costard, lui tend la main et l’interroge : « Comment allez-vous ? » Pas très bien, pas le moral. Le sexagénaire sourit, allume un cierge magique, fait retentir une trompette à vélo. En face de lui, le garçon éclate de rire : « Merci, c’est super ce que vous faites. » Partout dans la rame, la tension diminue. Encouragée par les trois énergumènes, une femme se met à chanter, tandis qu’une autre s’interroge : « Vous vous appelez Solstice ? C’est que vous avez beaucoup de soleil à l’intérieur de vous ! »

« Vous avez du soleil à l’intérieur de vous »

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les clowns ne font plus rire la police

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos : © Lorène Lavocat/Reporterre.

THEMATIQUE    Quotidien
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
21 septembre 2019
Avec le sommet de l’ONU sur le climat, Antonio Guterres veut secouer les États
Info


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)