Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Pollutions

Des activistes « livrent » des boues rouges toxiques de Gardanne au ministère de la Transition écologique

À Paris, ce mardi 12 février entre 8 h 45 et 9 h, des militants écologistes de l’association ZEA ont déversé des boues rouges issues de l’usine d’alumine Alteo de Gardanne (Bouches-du-Rhône) devant le ministère de la Transition écologique et devant le siège du fond d’investissement HIG, propriétaire d’Alteo. Ils dénoncent la toxicité de ces déchets, plein de métaux lourds et radioactifs.

Depuis le 1er janvier 2016, Alteo n’est plus autorisée à envoyer ses résidus solides en mer Méditerranée via une conduite de 50 km qui aboutit en plein cœur du Parc national des Calanques. Elle a donc repris le stockage à terre sur la colline de Mange-Garri, située sur la commune de Bouc-Bel-Air. Le stockage génère des poussières rouges qui pourraient être responsables de cancers chez les riverains. C’est précisément sur le site de Mange-Garri que les militants sont venus charger le camion qui a « livré » les boues rouges à Paris.

Ce mardi matin, l’action s’est déroulé dans le calme. Devant la porte du ministère, le camion a déversé un tas de 10 tonnes de boues rouges. Une dizaine de militants, vêtus de combinaisons blanches, ont déployé leurs banderoles dénonçant la pollution. Devant le siège d’HIG, quelques autres activistes ont fait un tapis de boues rouges. Le chauffeur du camion qui a apporté les boues rouges devant le ministère de la Transition écologique a été interpellé. « Nous reviendrons livrer des boues aux responsables de cette pollution tant qu’ils n’agiront pas pour l’arrêter », dit Olivier Dubuquoy, l’un des fondateurs de ZEA. Il dénonce en outre la « dissémination de la pollution ». Alteo a en effet breveté les boues rouges comme un matériau commercialisable, notamment dans les infrastructures routières, la construction ou la dépollution, appelé « Bauxaline ».

• À lire demain sur Reporterre, un article détaillé sur l’action et la dénonciation de ZEA.

  • Source et photos : Pierre Isnard-Dupuy pour Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende