Des étudiants des grandes écoles lancent un manifeste pour le climat

12 octobre 2018

Dans la foulée de la publication du rapport du Giec, lundi 8 octobre, des élèves d’HEC Paris, d’AgroParisTech, de CentraleSupélec, de l’Ecole Polytechnique et de l’ENS (Ecole normale supérieure) Ulm ont publié un « manifeste étudiant pour un réveil écologique », signé à ce jour par plus de 8.000 personnes.

Nous, étudiants en 2018, faisons le constat suivant : malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d’ores et déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine.

Face à ce constat, les étudiants se disent prêts « à questionner notre zone de confort pour que la société change profondément ». Notamment « en se tournant vers les employeurs que nous estimerons en accord avec nos revendications ».

Nous affirmons qu’il est possible de bien vivre sans sombrer ni dans l’ultra-consommation ni dans le dénuement total ; que l’économie doit être consciente de sa dépendance à son environnement pour être pérenne ; et que la réponse aux problèmes environnementaux est cruciale pour la réduction des inégalités et des risques de conflits. La société que nous voulons n’est pas une société plus dure, plus triste, de privation subie ; c’est une société plus sereine, plus agréable, de ralentissement choisi (...) C’est pour toutes ces raisons que les entreprises doivent accepter de placer les logiques écologiques au cœur de leur organisation et de leurs activités.

- Source : Manifeste étudiant pour un réveil écologique.

- Complément d’info : Dans le film Ingénieurs pour demain, diffusé en 2017, de jeunes ingénieurs disent comment ils comptent s’engager en cohérence avec leurs valeurs humanistes. Le voici :



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Près de Rennes, des étudiants construisent leur maison écolo
THEMATIQUE    Climat Pédagogie Education
16 février 2019
Radio Bambou : Le plan machiavélique des particules fines
Chronique
18 février 2019
Les petits élevages bio menacés par Bruxelles
Enquête
8 février 2019
En secret, la France et l’Inde veulent construire la plus grande centrale nucléaire du monde
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat Pédagogie Education