EN IMAGES - Une journée historique pour la justice sociale et climatique

18 mars 2019 / Camille Martin (Reporterre)

Samedi 16 mars, Paris a été le théâtre de trois manifestations, qui se sont parfois croisées : la « marche du siècle » pour le climat, la « marche des solidarités » et l’acte XVIII des Gilets jaunes. Reporterre revient sur cette journée historique de mobilisation en images.

  • Paris, reportage

Le samedi 16 mars a été une journée chargée sur le front des mobilisations. Le matin, les Gilets jaunes se sont retrouvés sur les Champs-Élysées. À 13 h, familles de victimes des violences policières, habitants des quartiers populaires, exilés et des Gilets jaunes se sont élancés de la place de la Madeleine pour une grande « marche des solidarités ». À 14 h, ils ont croisé les 100.000 personnes de la « marche du siècle » pour le climat, qui se dirigeaient vers la place de la République. Reporterre était présent à chaque instant de cette journée de manifestations de grande ampleur. Reportage en images.

Regarder le port-folio de la « marche du siècle »



L’acte XVIII des Gilets jaunes

Pour le 18e week-end consécutif et au lendemain de la fin du « grand débat national », des rassemblements de Gilets jaunes se sont déroulés un peu partout en France. À Paris, les abords des lieux de pouvoir ont été scrupuleusement filtrés par des CRS et des gendarmes mobiles.
Camélia, 34 ans, a commencé la journée sur les Champs-Élysées avant de se rendre à la « marche du siècle » l’après-midi. « Gilets jaunes et écologie ont le même ennemi : le capitalisme et cette poignée de personnes qui profitent de façon court-termiste, dit-elle. Le colibri a beau faire des efforts pour éteindre les flammes, il faut s’occuper de l’origine de l’incendie. »
Aux alentours de 11 heures, la situation s’est considérablement tendue sur les Champs-Élysées. Des groupes de personnes cagoulées ont remonté l’avenue pour venir au contact des CRS. Le bruit assourdissant des grenades n’a alors plus cessé de retentir.
Les forces de l’ordre ont été contraintes de se replier place de l’Étoile, derrière leurs camions, essuyant des jets de pavés et de cocktails Molotov. Ils ont répliqué en noyant la foule sous un épais nuage de gaz lacrymogène.
La fumée toxique a forcé, à plusieurs reprises, des centaines de Gilets jaunes à redescendre l’avenue et à rallier les rues perpendiculaires aux Champs. Beaucoup pleuraient, toussaient, se mouchaient, certains faisant même des crises d’angoisse. Les équipes de « street medics » s’affairaient pour les secourir et les rassurer. « Remontez, revenez », exhortait l’un d’entre eux.
À l’image d’Orange, l’écrasante majorité des grandes enseignes présentes sur l’avenue ont tenté de protéger leurs vitrines en les couvrant de planches de bois. Plusieurs ont été taguées et arrachées pour nourrir feux et tentatives de barricades.
La « marche des solidarités » a débuté à 13 h 12, place de la Madeleine. Son mot d’ordre : en finir avec le racisme d’État et les violences policières. « Aujourd’hui, les différents mouvements à Paris nous permettent d’instaurer un vrai rapport de force, estime Samir Baaloudj, militant issu des quartiers populaires. Depuis 40 ans, on subit des violences policières, on parle de précarité, de pouvoir d’achat, de chômage. C’est ce qu’on vit, et c’est aussi ce que l’on partage avec les Gilets jaunes. »
La « marche des solidarités » s’est élancée avant 14 heures, après une minute de silence dédiée aux victimes des crimes racistes, notamment le récent attentat en Nouvelle-Zélande. Le cortège était composé d’habitants des quartiers populaires, de familles de victimes des violences policières, d’exilés et de Gilets jaunes. « Gilets noirs, Gilets noirs », se sont rebaptisés les sans-papiers en lutte.
« La marche des solidarités », devançant de quelques encablures la « marche du siècle », est passée par la place de la République. Les manifestants ont levé des poings serrés. Au micro, Assa Traoré, du comité Justice pour Adama, a scandé : « Pas de justice, pas de paix », reprise par la foule. Le cortège a poursuivi son chemin boulevard de Magenta, en direction de Stalingrad.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : En direct des manifestations des Gilets jaunes et pour le climat

Source : Camille Martin est le nom de l’équipe de Reporterre composée, le 16 mars, d’Alexandre-Reza Kokabi et NnoMan (Gilets jaunes), Marie Astier et Éric Coquelin (marche du siècle).

Photos : © Éric Coquelin et NnoMan/Reporterre


DOSSIER    Gilets jaunes

THEMATIQUE    Climat Luttes
25 avril 2019
Au Havre, la bétonisation de l’estuaire détruit la biodiversité
Enquête
25 avril 2019
EXCLUSIF - La carte des portraits de Macron réquisitionnés pour le climat
Info
24 avril 2019
Le cheval de trait est de retour dans les villes bretonnes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Gilets jaunes



Sur les mêmes thèmes       Climat Luttes





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)